SPOOKY & LES CONTES DE TRAVERS T1 : PENSION POUR MONSTRES

spookySpooky n’est pas une enfant comme les autres. Elle vient du pays des contes de fées, mais adore raconter des histoires qui font peur. Quand ses oncles, les trois petits cochons, lui proposent de venir à Londres, elle ne peut qu’accepter. Mais là-bas, des choses aussi bizarres qu’étranges se passent…

Ce livre n’est pas une bande dessinée. Ce livre n’est pas un conte de fées, mais à quel genre appartient-il ? Si l’on en croît les auteurs, ce livre a sa propre identité. C’est un livre de contes qui a échoué à l’examen et se retrouve dans le genre journal intime. Quand sa propriétaire (Spooky) écrit, il ne peut s’empêcher de rajouter des remarques plus ou moins insolentes, pour se faire remarquer.
Celà vous suffit-il ? Le nouveau récit du duo Carine-M/Elian Black’Mor se moque gentiment des contes de fées. Ils rajoutent une pincée d’étrange que n’importe quel petit diable appréciera (autant dire tous les enfants). Le récit se suit très bien, même si la solution est presque trop facile, mais ce n’est pas cela qui épice l’histoire. En fait, tout en suivant un fil narratif, nous avons plusieurs histoires. Toutes tournent autour de la pension des trois petits cochons et les personnages sont des créatures fantastiques : Plante carnivore, fantôme, poulpe cuisinier, Smaug, ogre; etc. On découvre un véritable bestiaire fantastique bien éduqué (ils ont du lire Guide du Savoir(sur)Vivre en Compagnie des Monstres des mêmes auteurs) bien loin des clichés des histoires enfantines. Si les histoires se lisent avec plaisir, la mise en page est aussi respectueuse qu’une chambre d’adolescent(e). Il y a de l’écriture partout, dans tout les sens, mais surtout… Ca a un sens. On décryptera chaque page/planche pour avancer dans l’histoire. Les lecteurs novices apprécieront l’originalité  des moyens mis en œuvre quand les « habitués » s’exclameront devant les références utilisées. Série télévisée, cinéma, conte… Tout passe au moulinet du duo, mais comme il est marqué dans le titre, tout est mis de travers. Un singulier décalage qui permet d’éviter les clichés tout en faisant un hommage aux mondes de l’imaginaire.
Le graphisme est dans la même veine. Un trait enfantin acidulé (ou sous-acide) et ciselé. Les monstres ne font jamais totalement peur, mais un frisson s’installe, les situations évoquées sont rocambolesques et incongrues. Le duo d’auteurs puise dans l’imaginaire pour le réinventer de façon fort ludique… Tout en respectant les règles du genre. On appréciera les ajouts (des auteurs, du livre ?) à côté des textes : Toiles d’araignées, tentacules, tâches de groseilles et illustrations équivoques.

Journal intime, livre de contes, journal illustré… Aucun de ses descriptifs ne correspond à cet objet. Du format à l’écriture en passant par la maquette, c’est un beau-livre (bizarre, certes) qui ravira les esprits éclairés et curieux (jeunes et moins jeunes). On rit beaucoup, on frissonne un peu et si on se moque gentiment du genre (les contes de fées), ce sont autant d’hommages à cette littérature. Ce serait dommage de passer à côté…

SPOOKY & LES CONTES DE TRAVERS T1
PENSION POUR MONSTRES
AUTEURS : CARINE-M/ELIAN BLACK’MOR
EDITIONS : GLENAT

Pour suivre Spooky, il faut aller sur sa page Facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s