LA FRANCE STEAMPUNK : 1871 LA GRANDE MACHINE

france-steampunkEn 1871, la France est en ébullition. Entre la commune, les prussiens aux portes de Paris, Napoléon 2 fait prisonnier, le peuple est en émoi et les puissances étrangères curieuses. Un agent anglais est envoyé sur place, accompagné d’un français : André de Favard. Celui-ci va raconter son histoire… En 2015, son carnet est partiellement reconstitué…

Voilà un beau-livre qu’on se doit d’expliquer avant d’entrer dans la chronique. La France Steampunk est un livre qui parle d’uchronie. Son point de divergence est la victoire de Waterloo. Les auteurs, Etienne Barillier et Arthur Morgan, amateurs d’Histoire/histoires ont conçu un double voire un triple récit.
La France que nous connaissons a une histoire différente (la victoire de Waterloo), mais celle-ci est racontée dans un carnet qui circule sous le manteau. Grâce aux auteurs , cette aventure (historique ?) peut être dévoilée. Pour la faire revivre, ils font appel à la communauté vaporiste française et Nicolas Meunier, photographe.
Pour les lecteurs qui ne seraient pas des habitués du steampunk et de sa communauté, voici quelques explications :
« Le steampunk est un mouvement culturel et artistique.

Au départ science-fiction uchronique, basée sur l’esthétique et l’exagération de la science de la révolution industrielle, le steampunk pose un regard décalé et critique sur notre société moderne en développant une culture protéiforme, identifiable dans la littérature, l’habillement, le détournement d’objets et sa création artistique, toujours entre imaginaire et DIY (Do It Yourself/Faites-le vous-même). » (source : Steampunk.fr)

La communauté vaporiste crée costumes et accessoires d’une période qui aurait pu exister. Si on rencontre beaucoup de lunettes (goggles), de haut de forme, la création et l’imagination des participants est sans limite. Celà va du petit détail, à l’habit complet avec posture et langage !

La France Steampunk, c’est un mélange entre beau-livre et récit. On suit Edward Parrow et André de Favard dans leur périple français. Chaque chapitre est émaillé de photos mettant en scène les différentes communautés : Bretagne, Nord, Toulouse, etc. Plusieurs membres se sont prêtés au jeu de l’interview, décrivant leur personnage et l’interprétation du rôle.

Le résultat est enthousiasmant. Les deux personnages principaux que sont Parrow et de Favard ne sont que rarement complices et plus souvent antagonistes. André de Favard décrit l’ambiance, ce qu’il voit, d’un regard extérieur. Si la technologie est présente, elle semble être dépassée, vieille. Les différentes communautés rencontrées relèvent d’un idéal, mais l’ambiance générale est lourde, presque triste, comme si tout héroïsme était vain. Les personnages , historiques ou fictifs, ne sont jamais raisonnables, à l’image de ce qu’est le steampunk. Décalés, exagérés, ils peuvent rappeler des personnages du grand-guignol. Les amateurs pourront trouver plusieurs références : historiques, littéraires, cinématographiques et pas seulement Steampunk, comme ce  » Vous pouvez m’appeler Monsieur Tib » (A moins que les films ou les romans mettant en scène Sydney Poitier/Virgil Tibbs soient devenus steampunk, evidemment). Les photos illustrent le roman. Nicolas Meunier a su restituer l’ambiance du livre, tout en mettant en avant les créations vestimentaires et technologiques de la communauté. On y trouve du beau, du bizarre, de l’historique, mais que l’on apprécie ou pas le résultat, on peut applaudir l’effort de conception.

Carnet de voyage, roman-photo, beau-livre, La France Steampunk est un bel objet. S’il est conçu par la communauté, son intérêt va bien au-delà. On espère que cette initiative engendrera d’autres livres. A ce propos, si le sous-titre est « 1871, la grande machine », est-ce que cela veut dire qu’il y aura des suites ? On l’espère !

LA FRANCE STEAMPUNK : 1871, LA GRANDE MACHINE
AUTEURS : ETIENNE BARILLIER, ARTHUR MORGAN
PHOTOGRAPHE : NICOLAS MEUNIER
MODELES : LA COMMUNAUTE VAPORISTE
COLLECTION : OUROBORE
EDITION : MNEMOS

Publicités

Un commentaire sur “LA FRANCE STEAMPUNK : 1871 LA GRANDE MACHINE

  1. […] La france steampunk : Depuis quelques années, on entend (re)parler du steampunk. Des passionnés créent les costumes, imaginent des intrigues, etc. Deux auteurs, (créateur du Guide Steampunk) vont inventer une uchronie avec l’aide de la communauté vaporiste française. Le résultat est un livre-objet magnifique où intrigue et photos se répondent. […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s