PAYSAGE AU CHIEN ROUGE

paysage-chien-rougeHélias Dall est un aventurier. A bord de sa goélette, il parcourt le monde pour des marchandises légales et d’autres, un peu moins. Quand on lui demande de ramener discrètement L’Origine du Monde, l’aventurier pense à son ami Paul Gauguin pour camoufler la toile, mais celui-ci refuse…

Parmi toute la bibliographie de Bruno Le Floc’h, Paysage au Chien Rouge tient une place à part. L’art imprègne ce livre au point qu’on pourrait le considérer comme un beau-livre et non comme une bande dessinée. Dès les premières pages, on est subjugué de la maîtrise picturale de l’auteur. Une page blanche, un bateau stylisé et le quai… Rien d’autre. Avec peu de choses, Bruno Le Floc’h fait naître un univers. Il s’amuse à mettre en scène des peintures célèbres, elles font partie de l’action.
La narration suit ce fil d’images. C’est un flot incessant de paroles, tantôt fluettes, tantôt fortes. Une narration quasi-romanesque qui emprunte autant à la psychologie humaine (il faut voir les états d’âmes de Gauguin) qu’à l’action. A la lecture, tout est fluide, presque éthérée. Quant à la thématique, elle parle d’art. Alors que le neuvième art peut être mal interprété (les p’tits miquets, etc.), Bruno Le Floc’h, par le prisme de la bande dessinée, raconte les différentes vision de l’art. A travers l’oeil de l’artiste, de l’acheteur, du collectionneur, etc.
Paysage au Chien Rouge est un mélange de tout çà. Bruno Le Floc’h y montre ses passions : Littérature, peinture, voyage, personnage haut-en-couleurs. C’est un maelstrom d’émotions qu’aura le lecteur au fil du récit. Que ce soit par la narration, le graphisme ou les peintures.Tout d’abord édité avec Ouest-France, Cette ré-édition mérite le détour puisqu’il a été repensé. Pour expliquer et mettre en valeur le travail de l’artiste, Estelle Guille des Buttes-Fresneau (Conservatrice en chef du Musée de Pont-Aven) signe un avant-propos plongeant le lecteur dans les coulisses de la création. Pour mieux souligner la portée de l’œuvre et le dessin de Bruno Le Floc’h, Brieg Haslé-Le Gall signe un cahier graphique éclairant le lecteur lambda comme l’amateur éclairé des arts.

Un livre qui permet de marier harmonieusement les arts, de les croiser sans les dénaturer. En même temps, le récit permet de s’interroger sur la notion d’art en elle-même. Un superbe bouquin, une réussite de plus pour Locus Solus !

PAYSAGE AU CHIEN ROUGE
AUTEUR : BRUNO LE FLOC’H
EDITIONS : LOCUS SOLUS

Cette chronique a été faite dans le cadre de la BD de la semaine. Vous retrouverez les autres participants sur le site de Mille et une Frasques. Bonnes lectures.

bd-semaine

Publicités

5 commentaires sur “PAYSAGE AU CHIEN ROUGE

  1. Merci Hervé ! j’ignorais que le titre avait été ré-édité. J’ai eu la chance de le découvrir à Saint-Malo, lors d’une dédicace de Bruno Le Floch’, juste avant sa mort.
    Comme tu le soulignes, cet album est « différent » des autres créations de Bruno, mais il en a tout les attraits : regards bienveillant et curieux sur le monde.
    Comme ses autres BD, c’est une référence pour moi.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s