LA PETITE PATRIE

la petite patrieClaude a huit ans quand la seconde guerre mondiale est déclarée. Pour lui, comme pour ses copains, elle est bien loin. Dans son quartier de Montréal, il jouent à faire enrager le blanchisseur chinois, le marchand de légumes… La belle vie de l’enfance ! Si Claude pouvait avoir ses patins, ce serait mieux, mais ses parents, fervents catholiques, préfèrent qu’il serve à la messe…

La Petite Patrie est une œuvre autobiographique de Claude Jasmin. Publiée en 1972, elle connut un vif succès. Si le livre à eu droit à son adaptation télévisée (1974-1976), le quartier dont l’auteur parle a hérité du surnom « Petite Patrie » suite au roman. C’est dire combien elle est célèbre chez nos cousins.
Si je ne connais pas l’œuvre originale, le traitement de Julie et Normand donne envie d’en savoir plus. Dans ce quartier, tout le monde se connaît. Gare au nouveau qui voudrait faire partie de la bande. Il devra subir une initiation ! Entre les jeux de guerre, les moqueries, les paris, cette chronique de l’enfance pourrait passer comme ordinaire. Mais une chronique qui est vue du point de vue d’un enfant, ne l’est jamais. Les joies et les peines passent vite. Autour de cette enfance, on situe le temps présent par des flash d’informations : la course au mariage pour protester contre l’enrôlement, le vote des femmes, la déclaration de guerre. Pour les lecteurs français, cette tranche de vie a un goût d’exotisme ! Le vocabulaire québecois y est présent et certaines expressions ne sont pas les mêmes en français. On se prendrait presque au jeu de reproduire l’accent, à la lecture !
Côté graphisme, Julie Rocheleau propose un trait tout en rondeur, presque enfantin. Mais ça ne serait pas lui rendre justice que de se cantonner à çà. Jouant avec les ombres, la couleur, voire l’imaginaire des enfants, elle en reproduit l’univers. Un univers dur et tendre à la fois qu’elle reproduit, non par le réalisme, mais par l’émotion qu’elle nous fait ressentir !

Au fur et à mesure, les éditions de La Pastèque cultive un catalogue éclectique mais toujours intéressant. Avec La Petite Patrie, c’est un pan intime de l’histoire de Montréal qui nous est conté. Par le biais d’une tranche d’enfance, les auteur Normand Grégoire et Julie Rocheleau nous invitent dans un univers classique, mais toujours renouvelé et exotique. Une pépite de conte à découvrir !

LA PETITE PATRIE
AUTEUR : NORMAND GREGOIRE D’APRES L’OEUVRE DE CLAUDE JASMIN
DESSINATRICE : JULIE ROCHELEAU
EDITIONS : LA PASTEQUE

Cette chronique a été écrite dans le cadre de la BD de la semaine. Les participants se retrouvent aujourd’hui chez Les Chroniques de L’Invisible.

bd-semaine

Publicités

9 commentaires sur “LA PETITE PATRIE

  1. J’ai failli la prendre au dernier salon du livre… j’aurais dû hein! Le dessin ne m’avait pas suuuuper tentée au départ mais l’histoire, elle, m’intéresse. C’est presque chez moi après tout!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s