TRAVELLING 2018 : VIENNE ET SON CINEMA

Travelling 2018Du 20 au 27 février, le festival Travelling importe Vienne et son cinéma à Rennes. A travers les multiples projections, les rencontres, les expositions, le spectateur aura plusieurs visions de la capitale autrichienne, entre passé et avenir. Mais Travelling, ce n’est pas qu’une ville dédiée à l’image.

L’équipe de Clair-Obscur et ses partenaires explorent les différentes visions de la ville pour que le public rennais s’imprègne de cette architecture cinématographique. Il y en a pour tous les goûts !

Vous aimez les comics ? Comics in [City] vous propose plusieurs rendez-vous pour vous plonger dans la bande dessinée américaine et ses représentations à l’écran. Côté projections, nous aurons droit à Spider-Man de Sam Raimi, Avengers de Joss Whedon et Spider-Man : Homecoming de Jon Watts. Le documentaire Marvel Univers, de Philippe Guedj et Philippe Roure sera aussi projeté.

Pour entrer dans cet univers littéraire, deux rencontres sont organisées :

Ville de papier, ville de ciné#2 : NewYork… Marvel City ? Philippe Guedj, Aurélien Vives et Sonia Dollinger parleront de New-York (vous vous en êtes doutés)
New-York, capitale des comics : Stéphane Le Troëdec nous invitera à le suivre dans la ville à la rencontre des comics et de ses personnages.

-L’exposition Marvel La French Touch comblera les admirateurs d’artistes français. En effet, des auteurs tels que Olivier Vatine ou Boulet ont réalisé planches et couvertures de la Maison des Idées.

-Si cela ne vous suffit pas, des expériences immersives sont proposées. Si vous préférez incarner Batman, recharger votre téléphone portable et rejoignez le jeu video We Are Batman et à plusieurs, vous incarnerez le chevalier de Gotham. Si vous préférez incarner Fox-Boy, une borne interactive vous permettra d’enfiler les collants du super-héros rennais et de répondre aux questions d’un journaliste !

Si les comics ne sont pas votre genre, des films d’animations sont proposés. Qu’ils soient français, japonais ou tchécoslovaque, le programmation est aussi éclectique que rare ! Princesse Mononoké (Hayao Miyasaki), Pompoko (Isao Takahata), La Légende de La Forêt (Osamu Tezuka), Le Gruffalo (Jakob Shuh/Max Lang), Mia et le Migou (Jacques-Rémy Girerd), Le Jour des Corneilles (Jean-Christophe Dessaint), La Révolte des Jouets.

Dans les films proposés, on retrouve aussi cet imaginaire qui nous est cher : Benny’s Video, La Nuit a dévoré Le Monde ou Die Nacht Der 1000 Stunden ne sont que des exemples de cette excellente programmation.

D’autre part, des personnalités comme Jean-Luc Fromental ou Rafik Djoumi seront présentes.
Au vu de toutes ces possibilités, la seule difficulté est de choisir.

Pour savoir où retrouver ces projections, ces événements, rendez-vous sur le site de Clair-Obscur

Publicités

FANTOMIALD

fantomiald.jpgLe héros de Donaldville est le célèbre Fantomiald. Mais qui se cache derrière le masque ? A travers six histoires, on comprend comment Donald est devenu le canard masqué et ses évolutions au fil des auteurs.

En plus de 200 pages, ce titre explique Fantomiald. Si la préface est amusante (un héros Disney qui doit son nom à Diabolik et Fantomas), si on nous explique la différence entre Powerduck et Fantomiald, tout n’est pas bon. En fait, cette compilation utilise le sommaire du Mickey Parade Géant Collector  de juin 2013, avec Fantomiald au sommaire et en couverture.
Si l’esprit de l’entreprise Disney est censé montrer de gentils animaux anthropomorphes où la morale est sauve, il n’en est rien pour Fantomiald. Dans les histoires proposées, il sert plus souvent son propre intérêt que ce soit à l’encontre de ses neveux, de Daisy Duck ou de l’Oncle Picsou.
La première aventure se révèle intéressante, car on voit l’origine de Fantomiald (diffusée en 1969). Donald évolue dans sa façon de penser et n’est pas loin d’être le « méchant » de l’histoire. Les autres récits sont datés entre 2001 et 2007. Les scénarios utilisés sont basiques, même s’ils sont créés pour la jeunesse. De temps en temps, le côté sombre du personnage de Donald ressort, comme l’avait utilisé le premier scénariste (Guido Martina). Seules certaines idées sont amusantes comme le démantèlement de Multivac (Fantomiald et le futur imparfait) ou les neveux découvrant le repère secret de leur oncle (Lavage de cerveaux).
Pour l’anecdote, dans Fantomiald contre Sableman, le méchant est un hommage au Sandman (Un personnage de l’univers Marvel). L’histoire raconte ses origines, mais ce qui est troublant, c’est qu’à peu de choses près, on retrouve les mêmes origines dans le Spider-Man 3 de Sam Raimi. La première publication de Fantomiald contre Sableman date de 2006 (au Danemark) et la première version du scénario de Sam Raimi, de 2005 (pour une projection en 2007). Alors, est-ce le hasard ou un des auteurs s’est approprié l’origine du Sandman ?

Une compilation plaisante de Fantomiald, mais un choix éditorial plus rigoureux aurait amélioré le niveau.

FANTOMIALD
AUTEURS : COLLECTIF
COLLECTION : LES GRANDES SAGAS DISNEY
EDITIONS : GLENAT