MIR : ERIK L’HOMME

erik-critic
Erik L’Homme et Xavier Dollo (librairie Critic)

Pour le MIR de novembre, la librairie Critic recevait Erik L’Homme. La soirée était consacrée à son parcours et ses œuvres.

Il s’est souvent demandé quelle était la raison de son passage sur terre. La réponse la plus évidente : Ecrivain, mais il n’avait pas une date. Il a toujours eu le plaisir d’écrire, de raconter des histoires.

Erik L’Homme n’était pas un grand supporter de l’école, mais il a appris une chose durant cette période. L’importance de l’amitié. S’il a mené de longues études (maîtrise d’histoire et doctorat en sciences sociales), celles-ci se sont faites sur plusieurs périodes. Il a souvent voyagé, entre autres dans une « chasse » à l’homme sauvage dans les montagnes du Pakistan. Ce récit, il ne pourra le mettre en écrit que 20 ans après, quand il aura pu décrire de manière lisible les aventures que lui et ses amis ont vécu (Des Pas dans la Neige).

En rentrant en France, il lit un livre (L’Homme du 5ème jour) qui reprend la trame de son voyage. Si l’auteur n’a apparemment pas voyagé au Pakistan, il est emporté par les mots de celui-ci. C’est Jean-Philippe Arrou-Vignod. les deux hommes se rencontrent et sympathisent. Jean-Philippe propose à Erik de lire son prochain manuscrit. Ce dernier sait qu’il n’a pas droit à l’erreur. Est-ce le destin ? A ce moment, c’est le début de la folie Harry Potter ! Erik écrit un univers qui serait une réaction à la série britannique :  » faire la même chose mais différemment » . La réponse est : Qadehar Le Sorcier, premier tome de la trilogie, Le Livre des Etoiles. Non seulement le livre est accepté mais, il sort tout de suite en grand format, ce qui ne se fait pas jusqu’alors. La série remporte un grand succès. Erik est lancé. A partir du moment où Gallimard accepte son manuscrit, il arrête ses études de doctorat. Il ne veut pas arrêter son rêve d’enfant !

Si la suite est connue, elle n’est pas de tout repos. Il s’aperçoit que son éditeur n’est pas un lecteur des genres (fantastique, fantasy, science-fiction). Il ne veut pas faire du commercial, il désire changer de genre (ce qu’il a toujours fait) : Sa deuxième trilogie, Le Maître des Brisants sera un space opera, mais le succès est moindre. Il sent que son éditeur le lache. En réponse, Erik écrit la série Phaenomen, un thriller fantastique, pour les adolescents. Le succès est au rendez-vous.

Pendant les différents salons, il se lie d’amitié avec Pierre Bottero. Les deux hommes imaginent un jour avoir un roman en commun. Ce n’est qu’à la fin de la trilogiue Phaenomen, qu’Erik propose un embryon d’histoire à Pierre. Les bases de la série A comme Association vont se construire pendant une longue nuit. Seule question : Chez qui l’éditer ? Après maintes réflexions, les deux hommes proposent à leurs éditrices respectives de collaborer. Les deux femmes se connaissent et s’apprécient, elles acceptent. Le principe : Dans un même univers, les aventures de deux personnages (un jeune homme, une jeune femme) qui affrontent seuls ou ensemble des péripéties paranormales. Chaque livre a son heros-ïne et son auteur. Les aventures d’Ombe (Pierre Bottero) et Jasper (Erik L’Homme) vont être stoppées net par la disparition de Pierre Bottero. Le dilemme est le suivant : Que faire ? Erik prendra le temps de réfléchir et continuera seul A comme Association. Lourde responsabilité d’écrire sans Pierre. Au terme des 8 tomes, il pourra, enfin, faire le deuil de son ami.

Terre Dragon est la fin d’un cycle. L’auteur veut clore 15 ans d’écriture jeunesse. On en a la preuve avec Nouvelle-Sparte. Le lectorat est plus adulte, les thèmes sont forts. Il montre un retour aux idéaux grecs, comme pour se prémunir des excès. C’est un roman unique, avec des personnages plus âgés, des changements de syntaxe, de temps, des néologismes…

2018 sera la naissance d’un nouveau roman : Déchirer Les Ombres. Un pari que l’auteur aborde confiant. Un roman tout en dialogues, un road-trip, édité chez Calmann Levy.

Au terme de cette soirée, on se dit qu’Erik L’Homme n’a pas fini de nous étonner. Son talent n’affecte en rien sa gentillesse. il a su rester proche des ses lecteurs et il répond tranquillement à nos questions.

Publicités

A COMME ASSOCIATION T4 : LE SUBTIL PARFUM DU SOUFRE

A-comme-Association-4.jpg

Ombe avait pour mission d’observer les entrepôts, c’était simple. Mais c’était sans compter sur la rencontre avec un bande de loups-garous et sauver l’un des leurs. Si le dit loup-garou a dans les yeux « du bleu à n’en plus finir », autant joindre la mission à l’agréable. Pour Ombe, l’agréable n’est pas que ce beau loup-garou, mais aussi la possibilité de distribuer quelques baffes. Quand on est presque incassable, ce n’est pas important…

On retrouve l’autre agent stagiaire de la série A comme Association. Ombe, la jeune femme qui enfourche les motos et fréquente la bagarre. Tout le contraire de son « collègue » Jasper. On la savait tête brûlée. Ici, son cœur s’embrase au point d’aveugler sa raison : oubli des lois, des règles de l’association. Le motif? Un loup-garou. Chez Pierre Bottero, les lycanthropes sont sous leur forme humaine « grands, physique d’athlète, muscles saillants sous… la peau ». On peut comprendre l’égarement d’Ombe. Mais s’il sont musclés, les loups-garous ne réfléchissent pas beaucoup. L’agent stagiaire qu’est Ombe va devoir gérer sa vie professionnelle et sa vie amoureuse. Pas facile quand on a atteint l’âge tendre et tête de bois (comme dirait Gilbert Bécaud). Un volume plus complexe que le reste de la série. Sans vouloir démêler tous les nœuds, on sent que quelque chose se trame chez les paranormaux, qu’on cherche à savoir qui est Ombe. Méticuleusement, Pierre Bottero installe des pièces, n’insiste pas et passe à autre chose. Une brillante stratégie qui fonctionne. A la relecture, nous sommes bluffés.
Ombe est moins parfaite dans ce volume. Elle devient plus humaine parce qu’elle « fréquente » quelqu’un. Toujours aussi impulsive, au point de s’en mordre les doigts. Malgré la bagarre qu’elle aime, malgré son caractère et sa nullité en magie, Pierre Bottero nous la rend touchante et fragile. On a envie de la rassurer. Il est évident qu’elle nous enverrait balader. Quant aux loups-garous, si ce n’est leurs capacités physiques, on n’en saura pas beaucoup plus. Ils se conduisent comme une meute et leur chef est un alpha. Deux bonus se trouvent dans ce livre: Quelques chapitres nous donnent des indices sur l’origine d’Ombe et la fin du livre se passe avec Jasper.

Si L’étoffe fragile du monde était un régal, cette « suite » ne l’est pas moins. Ombe est un personnage solitaire, dure à appréhender. Sous des aspects ludiques où Ombe démontre qu’être musclé importe peu, on découvre un autre discours plus sérieux: Comment se sociabiliser quand on est différent? Un livre magnifiquement écrit qui peut être lu par différentes générations de lecteurs.

A COMME ASSOCIATION T4
UN SUBTIL PARFUM DE SOUFFRE
AUTEUR : PIERRE BOTTERO
EDITIONS : RAGEOT/ GALLIMARD JEUNESSE

A COMME ASSOCIATION T5 : LA OU LES MOTS N’ EXISTENT PAS

a comme association t5

Jasper, agent stagiaire de l’Association se réveille à l’hôpital. Quelqu’un a essayé de le tuer lui et Ombe. Sauf qu’Ombe n’a pas survécu. Malgré les mises en gardes de Walter et Rose, Jasper décide de la venger. Pour réussir, il doit faire appel à tout son talent, car il n’est pas en mission. Les membres de l’Association sont en alerte. D’un côté ils doivent retrouver Jasper, de l’autre, résoudre cette affaire de meurtre. Pourquoi s’en prendre à Ombe? A moins que l’assassin veuille éliminer Jasper, ou les deux?

Le cinquième tome de la série l’Association, diffère de précédents. Tout d’abord il est écrit par Erik L’Homme seul. Celui-ci a souhaité continuer l’aventure qu’il avait commencé avec Pierre Bottero, disparut tragiquement fin 2009. Ce cinquième tome est celui du deuil, mais aussi de la renaissance. Jasper pleure Ombe, désire la venger et se rappelle les différents moments passés avec elle. La construction du récit et l’ambiance ressemble à une quête initiatrice, mais cette quête et le but avoué n’est pas de surmonter la douleur. Jasper traque l’assassin d’Ombe, tout en essayant de survivre. Les jeux de mots, la musique et la signification humoristique des formules ne sont plus là. Notre jeune héros va traverser seul cette période de deuil, il va survivre dans Paris. La plupart des chapitres mettent aussi en présence les deux dirigeants de l’Association: Rose et Walter. Au fur et à mesure que le récit avance, ils essayent de suivre Jasper pour l’empêcher d’être tuer, mais un autre danger guette. Danger qui n’était pas évoqué dans les autres tomes. La série prendrait un tournant? C’est à suivre.
Malgré l’ambiance pesante et l’ombre d’Ombe omniprésente, on a toujours autant de plaisir à lire un nouveau tome de L’Association. La prochaine parution (octobre 2011) dira quelles seront les décisions prises par l’auteur. Nous étions sur une série Ado-adulte, avec ce tome, on se tourne vers autre chose.

Erik L’Homme fait un double deuil. Celui de l’héroïne de Pierre Bottero et celui de son auteur. Il n’a pas cherché à reprendre le style de Pierre Bottero ou à continuer à sa façon. Tome transitoire pour dire adieu à Pierre, pour que Jasper devienne adulte. Une quête initiatique sombre qui rappellerait presque le monde réel.

A COMME ASSOCIATION T5 : LA OU LES MOTS N’EXISTENT PAS
AUTEUR : ERIK L’HOMME
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE/RAGEOT

A COMME ASSOCIATION T2 : LES LIMITES OBSCURES DE LA MAGIE

book cover a comme association volume 2 les limites obscu

Ombe est jeune, elle est belle. Elle a aussi son caractère et prend le moindre prétexte pour se bagarrer. Ça tombe bien, elle est presque incassable. Mais quand on fait partie de  L’Association, il y a un mot d’ordre : Discrétion. Ombe a du mal à l’appliquer. Alors que sa dernière mission fut un désastre, L’Association lui demande d’enquêter sur une opération immobilière. Si celle-ci aboutit, la créature qui jouxte les immeubles pourrait bien mourir. Enquêter, rester discrète, ne pas agir sur un coup de tête, voilà des mots qu’Ombe va devoir intégrer.

Les limites obscures de la magie, deuxième tome de la série A comme Association aurait pu s’inscrire dans le même registre que le premier tome : Action, magie et humour. Mais Pierre Bottero a pris le contre-pied d’Erik L’Homme, tout en restant fidèle aux règles de cet univers.

Ombe, 18 ans, est un personnage indépendant, qui vit en colocation avec des amies. Sa seule possession, une moto aussi indomptable que sa propriétaire. Sa particularité est d’être presque incassable. Elle encaisse les coups, elle est dure, son caractère aussi. Ce n’est pas parce qu’elle est une jeune femme, jolie, qu’elle se fera marcher sur les pieds. Elle veut mener sa vie comme elle l’entend. Mais quand on est agent de L’Association, il n’y a pas que les missions : Les cours, les préparations de magie, les rapports sont quotidiens. Un quotidien dont Ombe se serait bien passée. Adolescente rebelle dont le passé est singulier, elle ne vit que pour une chose : L’adrénaline. Ce personnage a du caractère. C’est presque un bonheur masochiste de la voir se prendre des coups, se relever, en redemander.

Pierre Bottero construit un univers sombre, à l’image du personnage principal. Son écriture va à l’essentiel, sans prendre de détour. Les chapitres sont courts. Si l’action est omniprésente, l’auteur n’oublie pas de créer une ambiance qui sied à l’univers. Univers écrit avec Erik L’Homme : Action, magie et humour. Mais les écritures sont distinctes, les récits se croisent. Pierre Bottero écrit un livre à mi-chemin entre le roman adolescent et le roman adulte.

Le premier tome d’A comme Association, nous faisait découvrir ce monde écrit à deux. Les limites obscures de la magie enfonce le clou à un rythme d’enfer. Comme la moto d’Ombe, les pages défileront, de plus en plus vite. Un deuxième tome qui passe les vitesses pour vous entrainer plus loin dans cet univers. Décoiffant!

A COMME ASSOCIATION T2 : LES LIMITES OBSCURES DE LA MAGIE
AUTEUR : PIERRE BOTTERO
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE/ RAGEOT

A COMME ASSOCIATION T1 : LA PALE LUMIERE DES TENEBRES

book cover a comme association volume 1 la pale lumiere d

Jasper a 15 ans. C’est un lycéen presque normal. En effet, il a été recruté comme agent stagiaire dans L’Association, une organisation secrète. Il va y développer son don : La magie. Il apprendra à connaître les Anormaux, ainsi que les règles de l’Association. Sa première mission s’étant déroulé avec succès, on lui en assigne une autre : Qui vend de la drogue à des vampires? Il y fera la connaissance d’Ombe.

Le premier tome d’A comme Association met le personnage de Jasper en place. Un adolescent de 15 ans, bien dans sa peau, avec un talent particulier pour la magie. Recruté par L’Association, il use de son talent, via les éléments naturels et le langage elfique.On ne peut pas dire que Jasper réfléchisse énormément. Il agit sur l’impulsion du moment, ce qui provoque quelques désagréments : Courses poursuites, invocations d’urgences… Mais c’est cette impulsion qui plaît. Il ne tient pas en place, il aimerait être pris plus en considération. Il en fait donc trop. C’est jubilatoire de le voir déclamer un simple rapport de mission ou d’essayer de se montrer important devant un membre de L’Association. A contrario, il bégaie et se trompe devant Ombe, la sculpturale jeune femme, stagiaire elle aussi. Bref, Jasper est un adolescent comme nous l’avons été ( A part la magie)

Le plaisir ! C’est ce qui reste dans la tête quand la dernière page est tournée. J’avais eu la chance de lire Des pas dans la neige. L’écriture d’Erik L’Homme, son style était séduisant. Il fait « ronfler » la langue française tout en restant compréhensible. Ce fut une découverte. Ici, j’ai découvert un autre Erik. Adepte des mauvais jeux de mots, il fait des références à des films, à des séries fantastiques, ces méchants ont la psychologie bien perturbée… L’auteur s’en donne à cœur joie. Erik est-il retombé en adolescence? Oui et non. Son personnage principal est un adolescent, c’est écrit à la première personne. Mais Erik L’Homme dose son scénario et son écriture pour qu’on ai envie de continuer à lire, que ça ne fasse pas trop adolescent.

Premier tome d’une série, écrite en alternance avec Pierre Bottero, La pâle lumière des ténèbres démarre dans l’action, la magie, l’humour, pour emporter le lecteur jusqu’à la fin. A lire pour découvrir une autre facette d’Erik L’Homme, pour se rappeler quel adolescent nous étions, pour suivre Jasper dans sa périlleuse mission.

A COMME ASSOCIATION T1 : LA PALE LUMIÈRE DES TÉNÈBRES
AUTEUR : ERIK L’HOMME
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE/RAGEOT