DIABOLIC

Némésis est une diabolic. Une créature concue génétiquement pour traquer et tuer n’importe qu’elle créature. Programmée pour aimer et protéger sa maîtresse Sidonia Empyrée, Némésis va devoir remplir une mission particulièrement complexe. Elle sera envoyée à la cour impériale, en se faisant passer pour sa maîtresse. Elle y rencontrera la traitrise, la politique, mais aussi l’amitié et l’amour.

Diabolic est le premier roman de S.J.Kincaid traduit en français. Sous un vernis de science-fiction, il montre toute la folie des hommes pour accéder au pouvoir. On pourrait y voir une version différente de la grande période de Rome. Orgies, jeux du cirque, manipulations politiques… L’autrice ne nous épargne rien. Le lecteur se demandera vers qui Némésis doit donner sa confiance, vu que tout le monde peut la trahir. L’échange entre Sidonia et Némésis fait penser au roman de Mark Twain : Le Prince et Le Pauvre.

Le narrateur est le personnage principal, Némésis. Si elle est censée être une créature sans âme, uniquement conçue pour tuer, on suit toute son évolution au fil des pages. A la différence de nombreux autres livres pour adolescents, elle ne s’apitoie pas trop sur son sort et le récit se lit sans temps mort. L’aspect psychologique des personnages est bien rendu. On sent la fole des personnages, les traitrises qui se mettent en place et rien n’est jamais gratuit. On regrettera cependant que la folie simulée de Tyrus soit trop vite envolée. Certaines situations sont des clichés éculés, mais l’aspect général est de bonne tenue.

Le roman abordera plusieurs sujets : Qu’est ce qui nous rend humains, la manipulation génétique, la politique, asns oublier les sentiments qui nous permettent de nous dépasser.

Ce roman est une bonne surprise. L’originalité tient autant de l’univers que du personnage principal. Les situations sont aussi réalistes que possible et le récit ne subit aucun temps mort.

DIABOLIC : PROTEGER OU MOURIR

AUTRICE : S.J. KINCAID

TRADUCTEUR : ERIC MOREAU

EDITIONS : BAYARD

MACCHABS T2 : LA REINE DES MACCHABS

la-reine-des-macchabs-t2.-ty-dragoA peine débarrassés du maître, les fossoyeurs affrontent un nouvel adversaire : Lilith Cavanaugh, la reine des macchabs. Plus organisée, moins médiatique, elle mène la vie dure aux enfants. De son côté, la mère de Will reçoit un colis. Son étrange contenu lui prendre une décision : aller voir Lilith Cavanaugh pour que cette dernière l’aide…

Avec ce deuxième tome, Ty Drago continue sur sa lancée et ajoute des difficultés pour nos héros. A la différence d’une suite commerciale, l’auteur se penche sur ses personnages. Le récit y gagne en ampleur et en complexité.
Le premier tome montrait la crise d’adolescence de Will Ritter, le héros. S’il est encore dans un tel état (provoquant toujours des catastrophes), l’auteur confronte le héros aux autres. Les relations vis-à-vis d’autrui sont mises en avant et le personnage de Will n’en sort pas gagnant : buté d’un côté, timide de l’autre, c’est presque une parodie de héros que nous offre l’auteur. Le lecteur pourra y voir une parabole à : « Quelles sont les conséquences de mes actions ? ».
Les autres personnages ne sont pas oubliés, surtout Tom. Ses décisions rappellent qu’à cette course entre gamins et macchabs, ce n’est pas un jeu, mais la guerre. C’est sur ce point que la série Macchabs est différente des autres romans pour adolescents. On ne peut se fier aux adultes, on peut mourir, on est mal vu par le reste de la ville, etc. « Si ce sont des enfants, il y a peu d’enfance » nous rappelle-t-on.
Du côté des macchabs, la reine a un point faible : son enveloppe. Comme elle veut se sentir humaine, elle doit souvent changer de corps. La putréfaction des différents corps ne nous sera pas épargné. L’horreur de la situation non plus. Les macchabs ne sont pas juste des personnages de méchants. Ce sont des méchants et leurs actes parlent d’eux-mêmes. La vie des humains n’a que peu d’importance pour eux.

Entre combats acharnés, prises de conscience et sentiments qui s’éveillent, La Reine des Macchabs s’avère être un excellent livre. Sous le couvert d’un divertissement (tuer du zombie), Ty Drago montre les difficultés de l’adolescence. Brillant et bien pensé, ce deuxième tome est au-dessus du premier. A découvrir !

lire la chronique du premier tome

MACCHABS T2 : LA REINE DES MACCHABS
AUTEUR : TY DRAGO
EDITIONS : BAYARD JEUNESSE

MACCHABS T1 : L’EVEIL DES MACCHABS

l-eveil_des_macchabs-ty dragoWilliam Ritter était un enfant normal jusqu’à ce qu’il commence à voir des personnes ayant l’aspect de cadavres. Que ce soit dans le voisinage ou l’école, ils sont partout ! Une camarade de classe, Helen, l’entraîne alors dans un groupe secret : les fossoyeurs. Tous peuvent voir les cadavres ambulants, mais ce sont tous des enfants !

Avec ce premier tome des Macchabs, Ty Drago arrive à faire du neuf avec du vieux. Certains lecteurs ne pourront faire l’impasse sur les deux titres auxquels Maccabs me fait penser : L’Invasion des Profanateurs de Sépulture de Jack Finney (et les adaptations cinématographiques), ainsi que Les Fascinateurs de Ray Faraday Nelson (son adaptation revient à John Carpenter : Invasion Los Angeles). Un personnage lambda s’aperçoit que quelque chose ne va pas dans sa ville et il semble être le seul (Les Fascinateurs/Invasion Los Angeles). Les entités s’emparent de cadavres pour les faire vivre (L’Invasion des Profanateurs de Sépulture). Ses thèmes sont présents, mais l’auteur fait un mélange intéressant.
Loin d’être un livre où le personnage principal est le héros, ce premier tome nous montre un adolescent débordé par ce qu’il apprend et son talent pour combattre les macchabs. De bévue en catastrophes, William est l’adolescent buté qui veut n’en faire qu’à sa tête. Si dans les histoires basiques, son impétuosité fonctionnerait, ici, il se retrouve coincé à chaque fois ! C’est face à des adolescents (il est l’un des plus jeunes) qu’il fait sa crise. L’autorité représentée par Tom (17 ans) est mis à mal, mais celui-ci comprend William et lui explique. Si certains personnages sont caricaturaux (Dave et son manque d’intelligence), la plupart sont bien pensés. Ce sont des enfants, des adolescents, mais qui ont perdu l’enfance. Ils ne peuvent plus faire confiance aux adultes et doivent s’organiser.
L’idée de l’adversaire zombie fera frissonner plus d’un lecteur. Qu’ils soient frais, suintants ou que des bouts de peaux se détache à chaque toucher est répugnant. L’auteur n’en rajoute pas dans les détails, mais il n’oublie pas que le lectorat s’est gavé de films et de jeux qui font peur. Il a basé son livre sur cet état émotionnel : qu’est-ce qui fait frissonner ? Son résultat est simple et efficace. Tout au long de cette lecture, on apprendra qu’il est impossible de tuer un macchab, qu’ils essayent  d’être nommés à des postes clés et surtout… Qu’ils paraissent humains ! L’ennemi est parmi nous et seuls les enfants peuvent les voir.
Quant à la résistance adolescente, qui n’a jamais voulu monter son groupe de héros, juché sur des vélos genre vélo-cross, avec des gadgets ? Cuisine, loisirs, communication, mécanique, tout est soigneusement décrit et, on n’oublie pas qu’une fille peut être douée en mécanique ou qu’elle puisse gagner un match de boxe !

L’Eveil Des Macchabs est un premier tome sympathique où le héros n’a pas tout pour plaire. Entre crise adolescente et plaisir d’enfance, Ty Drago a trouvé un juste milieu, même si on notera quelques facilités. Ca n’empêchera pas d’avoir envie de lire le deuxième tome

MACCHABS T1 : L’EVEIL DES MACCHABS
AUTEUR : TY DRAGO
EDITIONS : BAYARD JEUNESSE