SEPPUKU

Le jeune samouraï Naigo Kurogane vient d’être admis au sein du clan Asagawa. Comble de prestige, on l’a intégré au sein de la troupe d’élite des guerriers du clan. Malheureusement, sa joie est de courte durée. Au cours de manœuvres, les samouraïs sont exterminés par des oni, des démons. A la suite d’un pacte, le jeune samouraï, devenu un mort-vivant n’a à présent qu’une seule quête : La vengeance.

Auteur venu du jeu de rôle, Romain d’Huissier quitte le plateau de jeu pour nous livrer une tragédie sanglante. Avec sa trame qui se passe au Japon, des personnages de samouraïs, de démons, des rites et des codes spécifiques, on sent que l’auteur est passionné par le continent asiatique. Si Seppuku rend un hommage aux genres cinématographiques qui l’ont nourri (films de sabres, animes), il s’en éloigne. Initialement édité pour les éditions Trash (qui éditait des romans 100 % gore), Seppuku n’est pas qu’une suite ininterrompue de combats sanglants aux katanas et wakizashi. Comme il est indiqué, l’ouvrage est réservé à un public averti. Les oni ne refrènent aucune exaction. Les combats comme les actes sexuels sont violents. L’auteur écrit dans un style graphique et la lecture amène certaines visions, certaines odeurs qui pourraient choquer les plus sensibles. Si cet aspect fait parti de l’œuvre, l’histoire réserve quelques surprises. Si il est difficile de s’éloigner des archétypes, Romain d’Huissier arrive à nous rendre attachant ses personnages. On pourra même se surprendre à apprécier la philosophie d’un des oni. Si le héros est transformé et devient, quasi-immortel, si il reçoit des cadeaux précieux pour accomplir sa quête, il y a un revers à cette médaille. Dans ce récit, tout a prix. Le chapitrage est court, le rythme soutenu tient en haleine le lecteur. Il sera difficile de ne pas refermer le livre avant la fin. Le vocabulaire japonais est présent, mais le lecteur néophyte n’aura pas besoin de traductions pour s’y retrouver.

Seppuku est une novella qui va au-delà d’être une série B gore. Sa construction, son histoire et les péripéties de Naigo Kurogane sont surprenantes. Avec un travail de conteur talentueux, Romain d’Huissier nous amène dans son univers, rendant hommage aux films de samouraï, aux anime des VHS d’antan et à un continent qu’on n’a pas fini de découvrir !

SEPPUKU
AUTEUR : ROMAIN D’HUISSIER
EDITIONS : OGMIOS
COLLECTION : KABUTO

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.