Remise des prix : « A vos plumes »

C’est hier que c’est déroulé la remise des prix de la seconde édition du concours de nouvelles de Saint-Calais « A vos plumes ». Lancé  en 2015, ce concours fut mis sur pied par l’Association Pour l’Animation Culturelle (présidée par Georges Beilvaire) et organisé par le service culturel de la ville de Saint-Calais. Les deux entités n’ont pas chômé pour que les deux éditions se déroulent dans les meilleures conditions. La preuve en est avec la participation 2016-2017. Ce sont près de 180 participants venant de la France entière qui ont tâté du clavier, dont 57 adolescents.
Le concours, gratuit et anonyme, n’a que peu de règles. Ça doit être une nouvelle fictive, dactylographiée, faisant moins de cinq pages. Le récit ne doit jamais avoir été publié. L’autrice/auteur doit commencer par une accroche définie par les organisateurs. Cette année, c’était celle-ci : « Encore un pas, puis un autre, j’ouvre les yeux et là je découvre… ». Pour la remise des prix, la ville de Saint-Calais a édité un recueil incluant les récits des lauréats.
Les habituels lecteurs de ce blog peuvent se demander pourquoi parler de ce concours. Si tous les textes des lauréats retiennent l’attention, il s’avère que trois des histoires sont du genre imaginaire.

« L’infernal végétal » d’Alain Bérard raconte la découverte d’une plante par un écrivain en mal d’inspiration. Une histoire sombre et effrayante où le mythe végétal est parfaitement traduit.

« Angustia » de Bruno Lafont est un récit où l’auteur met sa connaissance de la grammaire au profit de l’histoire. je ne pourrai vous en dire plus sans déflorer tout le sel de l’intrigue. Un thème étrange, baignant sans le fantastique, avec une belle maîtrise de l’histoire.

« Chambre soixante-sept » se passe dans un hôpital. On y suit les journées d’un personnel médical. Il s’attache au patient de la chambre soixante-sept… Là aussi, il est impossible de continuer sans dévoiler l’intrigue. Le registre oscille entre le fantastique (qu’est-ce que le réel) et la romance. Son autrice, Océane Astic, est une adolescente et sa plume est pleine de promesse.

Félicitations à tous pour cette belle édition. On ne doute pas qu’un troisième édition se mette en place.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s