CETTE MACHINE TUE LES FASCISTES

cette-machine-tue-les-fascistesDébut 1945, l’Union Soviétique construit un char, le JS-2. Son concepteur obtient que son 500ème char soit marqué de la phrase : « Cette machine tue les fascistes ». De la seconde guerre mondiale au XXIème siècle, la « bête de guerre » va accomplir sa mission.

Il est difficile de ne pas voir cet album dans les librairies. La couverture rouge, la bouche du tank face au lecteur. On est irrémédiablement attiré. On ne le regrette pas. Comme il s’en explique en fin d’album, Jean-Pierre P2cau s’est inspiré du film Winchester 73. On y voyait une arme passée de main en main. Chaque propriétaire avait sa propre histoire. C’est la même chose ici. On suit le destin de ce char (considéré comme le prototype des chars modernes) à travers les différents conflits. Ancien professeur d’histoire, Jean-Pierre Pécau nous emmène dans une récit simple où le parallèle machine/homme peut être fait. Pour celà, il crée le personnage de Serguei Souvarov. Ingénieur ramené du goulag, il crée le char JS-2. Son amour (sa folie?) envers sa création se poursuivra pendant sa vie… Quelque soit le conflit ( Budapest, Cuba, etc.). Il réparera inlassablement la machine tant qu’elle pourra fonctionner.
Tout au long des récits, on peut observer des paradoxes. En premier lieu on pense à deux récits : Christine de Stephen King. A la place de la voiture, le char serait hanté. On peut y voir une allusion au film La Bête de Guerre. Mais qu’est-ce-qu’une arme anti-fasciste quand elle est dirigée par des fascistes ? Cette même arme libère-t-elle quand elle abat des combattants pacifiques ? Pour mettre en scène ce récit, Senad Mavric sert un graphisme aussi fascinant que froid. Gueules de personnages, des lieux qui montrent la pauvreté au lieu de la carte postale paradisiaque, des scènes d’apocalypse… La machine n’est qu’un instrument entre les mains de l’homme.

Avec Cette Machine Tue les Fascistes, les auteurs proposent une réflexion sur l’utilisation de l’arme intéressante. Loin d’un récit héroïque ou guerrier, la victoire apparaît rarement… Et à quel prix !

CETTE MACHINE TUE LES FASCISTES
AUTEUR : JEAN-PIERRE PECAU
DESSINATEUR : SENAD MAVRIC
COLORISTE : SCARLETT SMULKOWSKI
COLLECTION : HISTOIRE ET HISTOIRES
EDITIONS : DELCOURT

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s