ENOLA ET LES ANIMAUX EXTRAORDINAIRES T2 : LA LICORNE QUI DEPASSAIT LES BORNES

enolaDepuis des années, les bûcherons utilisent le bois près du territoire des licornes. Ce dernier à des capacités extraordinaires. Seule restriction : Une frontière entre le monde des hommes et celui des équidés. Frontière fragile quand une licorne semble s’attaquer aux enfants. La guerre semble imminente, mais Enola (et Maneki) arrivent.

Près d’un an après La Gargouille qui Partait en Vadrouille, revoici Enola et Maneki. Un récit qui se base sur les a priori, les faux-semblants. Dans l’histoire, on quitte la ville pour la campagne. D’après les noms, on doit se trouver du côté de la Norvège, de la Suède, même si jamais ce n’est précisé. A contrario des précédent épisodes, Enola se retrouvera presque sans outil. Elle ne devra compter que sur ces facultés cognitives. L’histoire est simple, mais elle a des bonnes idées. Premièrement, il n’y a pas de « méchant », juste une incompréhension envers des personnes différentes. Quant à la raison de l’attaque, l’auteur trouve un coupable original !
Si le premier tome permettait de faire connaissance avec l’univers, cette suite ne fait aucun doute. Enola & Les Animaux Extraordinaires est une série destinée à la jeunesse. Un récit qui se lit facilement, des situations qui ne sont pas difficiles à comprendre, des personnages sympathiques, mais sans réelle profondeur psychologique. On pouvait attendre mieux de l’auteur. Oui, mais… Quand on regarde le catalogue des éditions de La Gouttière, on passe des livres d’images à la bande dessinée muette, puis des récits comme Super(s) ou Nora. Il manquait une place pour une série rafraîchissante. C’est peut-être çà Enola (je ne marque pas le reste du titre, vous aurez compris de quoi on parle). Une série « simple » où la vétérinaire de choc résout les problèmes. On dit simple, mais l’identification des personnages, les dialogues, le comique de situation, l’univers qui n’est pas dévoilé… C’est tout le travail du scénariste de le rendre crédible. Un travail réussi, vu le plaisir de lecture, les situations extraordinaires sans un pathos lourd à porter.
De l’autre côté du pinceau, Lucile à son mot à dessiner. Toute la construction graphique lui revient. Dessiner la licorne, le chat et l’héroïne, c’est bien, mais il faut autre chose. Pour toute cette partie, on ne peut rêver mieux. Des mimiques des personnages (la moustache du chef du village) aux pierres servant de frontière (qui rappelleront l’Argonath), du détail de la couverture (le panneau-titre), à la tunique d’Enola, ce sont des détails qui enrichissent un univers frais, positif et merveilleux.

Un deuxième tome qui permet de garder tout le mystère de nos héros, tout en agrandissant leur univers. Les jeunes lecteurs vont adorer ces récits où le merveilleux se conjugue à la pédagogie humaine.

ENOLA & LES ANIMAUX EXTRAORDINAIRES T2 : LA LICORNE QUI DEPASSAIT LES BORNES
AUTEUR : JORIS CHAMBLAIN
DESSINATRICE : LUCILE THIBAUDIER
EDITIONS : LA GOUTTIERE

Lire la chronique du premier tome

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s