LA POUDRE D’ESCAMPETTE

poudre-d-escampettePaul se promène avec sa chienne Paulette. Suite à la désobéissance de cette dernière, il fait connaissance d’une bande d’enfants. Ils ont construit et aménagé un radeau, en paquebot. Maintenant, ils ont décidé d’aller « ailleurs ». Paul va-t-il les suivre ?

Tout le récit de Chloé Cruchaudet est un appel à l’enfance. Il y a certes, l’enfance fantasmée (bateau, bandes, bagarres, gadgets, etc), mais il y a aussi le quotidien de l’enfant différent. Le fait d’avoir un autre physique, d’être nouveau, voire trouver que « les adultes sont stupides ». A plusieurs reprises, on pense au Petit Nicolas qui reviendra plus tard, quand il sera riche. Si les personnages ne désirent pas devenir riches, il veulent aller « ailleurs », pour ne plus être différent, pour être des enfants.
Avec leurs mots, leurs langages, ils construisent un « paquebot ». Ce « palace », dont les pièces sont faites avec de la récupération. Ils ont pensé à tout : propulsion, armement, etc. Créatures fantasmagoriques, idées farfelues (mais réalistes), l’imagination est au pouvoir dans ce bel album. Tout ce mélange  de réel (le radeau, la bande) et d’imaginaire nous poussent vers une poésie enfantine. Les personnages de l’auteur ne sont pas que des enfants. Ils prennent des décisions, ils sont presque autonomes et n’hésitent pas à se surpasser pour surmonter les difficultés.
Avec leurs grosses têtes et leurs petits corps, les héros de ce tome sont mignons. Chacun sera différencié par sa coiffure, ses vêtements, etc. Le prix revient à Paul qui accumule les « différences », mais celles-ci seront bien utile face à l’adversité ! Le graphisme de Chloé Cruchaudet n’est pas rond. Il est vif et doux. Il appelle a une continuité de narration (la base de la bande dessinée). Quant aux couleurs, elles sont éclatantes et semblent faites au crayon. Un appel à l’enfance peut-être.
Avec ses cases qui n’en sont pas, son grand format, ses bulles, La Poudre d’Escampette est un mélange entre l’album jeunesse et la bande dessinée. Un bon concept qui permet à des auteurs (adultes) de s’attaquer à la jeunesse. Ca respire l’enfance tout en ne prenant pas le lecteur pour un benêt. Seul hic : la police de caractère est assez petite. Sa lisibilité pourrait lasser le jeune lecteur.

Qui n’a pas rêvé un jour d’avoir sa bande et son bateau ? Chloé Cruchaudet réalise ce fantasme de tout enfant, mais ne s’arrête pas là. Elle pousse plus loin la réflexion en parlant de la différence, du « vivre ensemble ». La Poudre d’Escampette est un bel album dans la nouvelle collection jeunesse. Quant à sa créatrice, elle continue à tisser un univers varié, original et talentueux.

LA POUDRE D’ESCAMPETTE
AUTRICE : CHLOE CRUCHAUDET
COLLECTION : JEUNESSE
LABEL : LES ENFANTS GÂTES
EDITIONS : DELCOURT

Pour ceux qui voudraient découvrir l’autre titre de la collection Les Enfants Gâtés, je vous invite à lire Pieter et le Lokken chez Un Amour de BD

Cette chroniques a été écrite dans le cadre de la BD de la semaine. On peut lire les autres chroniques chez Les Chroniques de l’Invisible.

bd-semaine

Publicités

14 commentaires sur “LA POUDRE D’ESCAMPETTE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s