FRÈRES DE TERROIRS-CARNET DE CROQUEURS T2

freres de terroirsAprès un premier tome, voici le retour du chef gastronomique qui se balade. Les régions de France ne sot pas assez grandes pour cet amoureux de la nature. Lui et ses fournisseurs jouissent d’un travail remarquable. Réaliser un produit bien fait, écologique et artisanal.

Deux ans. c’est le temps qu’il aura fallut pour visiter tous ces producteurs qui aiment leur travail et le montrent. Du Béarn à la Bretagne, du Pas-de-Calais aux Pyrénées-Atlantique, Yves Camdeborde va à la rencontre de ces doux-dingues qui, à la différence de l’industrie, sont des artisans de la gastronomie française. Pains, volailles, confitures, huîtres… Tout y passe pour le plus grand plaisir de (mes) papilles. On rencontre des personnes jeunes, qui ont soit repris l’activité parentale, soit « inventé » une activité depuis quelques années. Derrière ces producteurs, ce sont des histoires d’hommes et de femmes particulières. La narration est envoutante, les dialogues piquants… On pourrait se croire chez soi.
Au crayon, c’est Jacques Ferrandez. Si Yves Camdeborde est dessiné, le dessinateur, pourtant présent, s’efface devant les producteurs rencontrés. On aurait aimé avoir son avis, les discussions qu’il a du avoir… Bref, ne pas s’effacer derrière le « poste de dessinateur ».Côté graphique, on est très loin du carnet. Couleurs, précisions, narration dessinée… C’est le format de la bande dessinée avec un carnet de gourmands qui n’est pas que croqué. Ça donne envie ? Vous avez raison. La narration s’emporte et prend des poses. On peut être en pleine explication et avoir plusieurs cases, comme une seule. Jacques Ferrandez est un artiste autant qu’un réalisateur ou un cadreur. Sa technique narrative va entremêler narration, belles images et magnifiques couleurs. Un carnet, çà ? Une carte de gastronomie dessinée plutôt !

Le gourmand que je suis était plutôt attiré par ce « produit ». Un auteur qu’il admire, une maison d’édition qu’il a vu grandir. Le résultat est mi-figue, mi-raisin. Si les histoires sont magnifiques, si les dessins « croqués » donnent un aperçu de la région, les 115 pages sont de trop. Eh oui ! Je préfère déguster un tel ouvrage, région par région plutôt que de m’engloutir plus de 100 pages d’un coup. Voyez celà comme un conseil de lecture. Quant à l’autre raison, c’est l’effacement de Jacques Ferrandez devant Yves Camdeborde. Les deux, à mon sens, avaient quelque chose à raconter.

FRERES DE TERROIRS
CARNET DE CROQUEURS T2
AUTEURS : YVES CAMDEBORDE-JACQUES FERRANDEZ
EDITIONS : RUE DE SEVRES

Cette chronique a été faite dans le cadre de la bande dessinée de la semaine. Aujourd’hui, la totalité des chroniques sont hébergées chez Un Amour de BD

bd-semaine

Publicités

4 commentaires sur “FRÈRES DE TERROIRS-CARNET DE CROQUEURS T2

  1. Merci Hervé. C’est une lecture que j’avais laissé de coté, malgré le thème. Pas assez BD, fils !
    Mais tu le vends très bien et donne envie. Gourmand comme je suis, j’irais tourner les pages (en me léchant les babines) devant cette « carte de gastronomie dessinée ».

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s