U4 : STEPHANE

u4-stephane-vincent villeminotUn virus mortel a déferlé sur l’Europe. Baptisé U4, il a décimé plus de 90% de la population. Seuls rescapés, les adolescents. Parmi eux, des joueurs d’un jeu sur Internet : Warriors Of Time (WOT). Lors de leurs dernières connexions, un message du maître du jeu, Khronos, les invitent à se retrouver sur Paris.

Stéphane vit à Lyon. Fille d’un épidémiologiste, elle a appris a survivre. Elle pense que son père est en vie et préfère attendre, plutôt que de rejoindre les R-Point. Mais à côté de ce semblant d’organisation, des pillards commencent à cerner le quartier. Une seule règle : survivre !

Comment vivrait-on si en une dizaine de jours, tout le monde actuel s’écroulerait ? Il ne reste que les adolescents. Les adultes restant sont confinés pour ne pas être exposés au virus et trouver la solution. Avec un roman-concept, difficile de faire évoluer l’univers comme on le voudrait. Les contraintes sont nombreuses pour être raccord avec les autres romans. L’auteur imagine un Lyon post-apocalyptique, réorganisé par les adolescents. Là où un succédané de Sa Majesté des Mouches aurait été risible, L’auteur  raconte les évènements à travers les yeux de Stéphane. L’ambiance qui est froide, sombre peu à peu dans la folie et la mort. Les rencontres ne sont pas forcément les bonnes, les décisions non plus. Vincent Villeminot tisse une trame dure où rien ne sera épargnée à son personnage. Mensonges, meurtres, marché passé pour sa survie ou celle des autres. Effrayant de réalisme, on suit la dégringolade d’une civilisation. Coïncidence du calendrier de parution et de l’actualité, on suit aussi des réfugiés et notre double sentiment (acceptation/refus) envers eux.
Stéphane est loin d’être une fille ordinaire. Son prénom, ses cheveux gris, sa connaissance du milieu médical… Elle semble être une Héroïne, mais intelligemment, Vincent Villeminot va montrer une psyché plus contrastée. Si elle a ce côté frondeur, solitaire,  l’autre côté  est plus fragile et ses relations à son père, Marco, Yannis montrent l’attachement qu’elle apporte aux relations homme/femme. On aperçoit la future femme qu’elle pourrait être par son autorité, son (mauvais) caractère, mais les évènements du récit révèlent toutes les nuances de l’adolescence. Tantôt emmenée par l’action, tantôt « action » elle-même, Stéphane est un personnage fort auquel on peut facilement s’identifier. Un défi pour l’auteur qui prend un personnage à l’opposé de son sexe (comme les autres participants d’U4).

U4 n’est pas un roman, mais un concept. 4 auteurs (Carole Trébor, Florence Hinckel, Yves Grevet, Vincent Villeminot) s’associent pour créer un monde post-apocalyptique. Chacun prend en charge l’un des survivants. Les différents personnages se rencontrent dans l’un des 4 romans (publiés le même jour), mais chacun des livres est autonome et surtout, on peut commencer dans n’importe quel ordre ! Un travail d’écriture insensé, qui ne se révèlera qu’à la fin du quatrième livre.

Avec une écriture acérée et un rythme soutenu, Vincent Villeminot raconte les pérégrinations de Stéphane. Malgré une baisse de tension au milieu, on est accroché dès le début et l’attention ne retombe pas.

U4 : STEPHANE
AUTEUR : VINCENT VILLEMINOT
EDITIONS : NATHAN/SYROS

Lire la chronique de U4 : Koridwen

Publicités

Un commentaire sur “U4 : STEPHANE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s