NEFER, CHANTS ET CONTES DES PREMIÈRES TERRES

neferLes Anciens, énigmatiques tours d’argiles vivantes sortent de leurs retraites pour aller à la montagne sacrée.
Nefer, princesse des hommes fourmis, échappée de « l’incarcération » des hommes-pâles rencontrera l’une d’elles : Septentrion. Entre la matière amenée à la vie et la princesse blessée, un lien va se créer pendant leur périple vers le sanctuaire de la montagne sacrée.

Nefer restera la curiosité du mois de septembre et on l’espère, celles des mois suivants. A l’opposé de bien des parutions, elle trace un sillon original. Raconté comme un conte, elle narre la rencontre de deux êtres que tout oppose : Septentrion, argile vivante de la tribu des Anciens et Néfer.
Ce n’est pas la première fois qu’Arnaud Boutle parle de contes. Il y avait eu Pinocchio, puis Entre les ombres. Les deux livres, bien que différents, étaient racontés sur le même tempo. Ils prenaient le temps d’installer le lecteur dans l’univers. C’est la même chose ici. Au fil des 140 pages, le lecteur se glissera petit à petit dans cet univers.
Si nous sommes dans un univers de fantasy (créatures extraordinaires, magie, etc.), on est loin de la production actuelle (bande dessinée ou romanesque). L’auteur connaît le genre et tout en s’appropriant les codes de la fantasy, il les remodèle à sa manière. Ici, il n’y a pas de monde à sauver, mais des « dieux » sur le déclin qui s’ouvrent au monde. Il y a des enjeux politiques et des lois qu’il ne faut pas contourner. Pour illustrer cet univers, Arnaud Boutle n’utilise pas les codes du Moyen-Âge (armures, épées, code vestimentaire). On semble plus proche des codes égyptiens, voire asiatiques. Un mélange rafraîchissant et exotique qui permet de s’évader graphiquement, comme le récit. D’ailleurs, Nefer ne serait-elle pas une référence à Nefertiti ? Coïncidence des informations, la reine d’Egypte est sous le feu de l’actualité…
Si le personnage principal est une femme, on s’éloigne de la production actuelle. Nefer n’a pas les positions ou les attitudes des héroïnes de bande dessinée. Son personnage est réfléchi, fort et n’hésite pas à prendre de graves décisions malgré son jeune âge (15 ans). Quant à Septentrion, c’est le personnage du sage. Posé, il a des connaissances sur le monde et les transmet à Nefer. Le duo fonctionne bien et aucun dialogue n’est à rejeter tant l’amitié entre les deux êtres se ressent.
Comme nous l’avons dit plus haut, Arnaud Boutle connaît le(s) genre(s). Les références, éclectiques, s’intègrent parfaitement au récit, comme un point commun avec notre réalité : King-Kong, Le Golem, Le Géant de Fer, Nausicaä de la Vallée du Vent, Dragon Ball… Saurez-vous toutes les retrouver ?

L’ambiance de Nefer est semblable à la durée d’une vie. On traverse des évènements, des émotions pas toujours gaies et les décisions prises affectent notre entourage. Ce livre est un bel objet qui permet de s’évader tout en réfléchissant à ce que nous sommes. Un subtil équilibre entre histoire, philosophie et mythologie. Loin d’être pédagogique, Nefer est poétique et l’on conseillera vivement les lecteurs de se le procurer.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur Nefer, ils peuvent écouter la rencontre faite avec Arnaud Boutle à Quai des Bulles. L’auteur, alors en pleine promotion d’Entre Les Ombres, parle de ses projets. Si Nefer n’est pas ce qu’il évoque, il en reste plusieurs points communs.

NEFER, CHANTS ET CONTES DES PREMIÈRES TERRES
AUTEUR : ARNAUD BOUTLE
EDITIONS : DELCOURT

Publicités

Un commentaire sur “NEFER, CHANTS ET CONTES DES PREMIÈRES TERRES

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s