STONE RIDER

stone-rider-david-hofmeyrA Blackwater, on ne peut faire que deux choses : soit creuser dans la mine, soit participer à la course de békanes. Pour Adam Stone, le choix est simple, ça sera la moto. La course de Blackwater est réputée comme étant la plus difficile, mais pour Adam, elle représente plus que cela. Victoire et vengeance sont au coeur de la course, de sa course.

Le pitch est plutôt alléchant. Une course de motos (des békanes qui fonctionnent à l’énergie solaire), un décor fait de chaleur et de sable (on appelle çà le désert), pas ou peu de règlements. Un western futuriste qui pourrait donner envie. Sauf qu’il y a deux écueils : les personnages et l’écriture.

Cher lecteur, avant de lire les lignes suivantes, sache que je dévoile des morceaux de l’intrigue.

Nous avons trois personnages principaux qui accumulent les clichés du genre (le western). Kane a un passé mystérieux, il est couvert de cicatrices et il ne parle presque pas. Il préfère agir.
Adam Stone est un jeune pilote qui hésite à faire la course. Suite au meurtre de son frère, il participe à la course (cela lui permet de poursuivre les meurtriers). Au fur et à mesure du récit, il prend de l’assurance. Sadie Blood a tout pour plaire. C’est la plus jolie fille de Blackwater, elle est douée en mécanique. C’est aussi la fille de l’instigateur de la course, ainsi que la soeur du meurtrier de la famille Stone. Tous les poncifs sont réunis : jalousie, amitié, amour.

Quant à l’écriture, on sent que l’auteur veut nous passionner pour cette course, rapide, meurtrière, tout en se penchant sur la « psychologie » des personnages (surtout Adam, le reste n’est qu’esquissé), mais le mélange obtenu est à l’inverse : lourd et lent. On se désintéresse vite des personnages et la dite course n’est qu’esquissé. On aura droit à quelques duels, des poursuites mais le circuit ne semble pas si terrifiant que celà.

Où se trouve la poussière, l’odeur de caoutchouc brûlé, le goût du sang… Rien ne transparaît dans cette « ballade » qui se veut entre Running Man et le western. Le livre n’est pas terminé. Il se poursuit avec Blood Rider, mais une option cinéma a déjà été faite par Working Title. A lire, pour ceux qui n’ont pas la « culture » western.

STONE RIDER
AUTEUR : DAVID HOFMEYR
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s