THE FOUR ROSES

the-four-rosesAlors qu’ils classent les affaires de sa tante récemment décédée, Jérémie et Gilou trouvent deux choses : un 45 tours dont le contenu (Havin’ A Whole Lot of Fun) les électrisent et une carte postale adressée à une certaine Rose. Cette carte vient de Louisiane. Pour les deux frères, il faut éclaircir ce mystère. Ils partent sur les traces de Rose, leur grand-mère.

Une couverture montrant les paysages de Louisiane, un personnage avec une guitare électrique, une quatrième prônant « A Whop Bop a Loobop a Whop Bambam » tout en parlant du rock’n roll et de Little Richard. Cet album est un condensé de musique. Pour l’ex-étudiant en musicologie que je suis, la louisiane, c’est le jazz. Un condensé d’émotion de quelques minutes. Pour le prescripteur de livres que je suis devenu, la Louisiane c’est Swamp Thing tout autant que Born on the Bayou. Cet ex-état français n’en finit pas de rassembler clichés (véridiques ou pas) et références. Ici, c’est le côté musical et littéraire qui est retenu.
Baru signe une histoire ludique : Une famille recherche ses origines et les retrouve via la musique. On pourrait dire qu’il y a quelques facilités, mais le scénario fonctionne comme un film où tout se finit bien. On y ressent une sensation de Madeleine de Proust. Les auteurs s’amusent à disséminer ici et là plusieurs références à la musique comme au cinéma américain. Il y en a une sur Mickey Mouse, c’est dire…
Jano, c’est un style de bande dessinée à lui tout seul. Des personnages qui ressemblent à des animaux, des yeux exorbités, et cette couleur « passée ». Sa patte colle parfaitement à l’histoire de Baru. L’ambiance est là, entre pavillon de banlieue et cartes postales des Etats-Unis.
Le troisième auteur est un musicien : King Automatic. Il reprend ici trois standards. Soit vous avez de la chance et vous pouvez mettre le 45 tous (offert par les éditions Futuropolis) sur une platine (ah… Les craquements, le bruit du saphir…), soit vous suivez l’adresse et vous entendrez une reprise, qui je l’espère, vous fera vibrer.

Musique et bande dessinée ont souvent été liées, que ce soit par les thèmes ou par les auteurs. Ici, Baru et Jano en font une friandise qu’on se plaît à regarder et à écouter. Pour le plaisir, tout simplement.
(Chronique écrite en rythme avec la bande-son)

THE FOUR ROSES
AUTEUR : BARU
DESINATEUR : JANO
MUSIQUE : KING AUTOMATIC
EDITIONS : FUTUROPOLIS

Publicités

Un commentaire sur “THE FOUR ROSES

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s