LA LIGNE VERTE T4 : LA MORT AFFREUSE D’EDOUARD DELACROIX

la-ligne-verte-t4Est-ce l’orage qui est près d’éclater ? Au bloc C, la tension est à son comble. Percy Whetmore déclenche les hostilités et avec lui, c’est tout un cycle qui commence. Un odieux moment qui ne « passera » qu’avec l’orage, mais le mal sera fait.

Alors que les épisodes précédents s’étalaient sur les semaines, La Mort Affreuse d’Edouard Delacroix se passe sur trois jours. L’attente diffusée par l’auteur est à son comble. Si l’exécution d’Edouard Delacroix est minutieusement décrite, on ne pourrait passer outre les autres chapitres : La confrontation avec Brad Dolan, le déjeuner avec les collègues… Stephen King déplace ses personnages, imbrique les intrigues. Le roi de l’horreur nous en donne pour notre argent (10 francs de l’époque) avec la description de la mort du condamné.
Il va plus loin en complexifiant les personnages. Si les mâles sont à l’honneur, on n’oubliera pas Janice, la femme de Paul. Son personnage, à l’inverse de ce qu’on aurait pu en attendre à cette époque (les années 30) est moderne et n’hésite pas à donner son avis. Quant à Percy, on le croyait méchant, mais il incarne toute la lâcheté humaine. Face aux faibles, il assume ses actes, mais dès qu’il est question d’assumer une faute, il n’y a plus personne. Dans un autre roman, les gardiens auraient fait en sorte que Percy paye, mais Stephen King veut un roman réaliste. A cause de l’administration, de l’époque (nous sommes en pleine crise), les gardiens se taisent, de peur de perdre leur emploi.

Qu’il soit question de semaines ou d’heures, Stephen King maîtrise ses 88 pages mensuelles. Le lecteur sera pris en otage entre les évènements de la ligne verte et la maison de retraite de Georgia Pines. Quelque chose s’est enclenché et  nous n’en sommes que les témoins. Cet épisode se finit par « Je me suis penché au-dessus de la table et j’ai commencé à parler ». En 1996, quel lecteur n’a pas hurler ? Il fallait attendre un mois… Stephen King n’est pas le maître pour rien.

LA LIGNE VERTE T4 : LA MORT AFFREUSE D’EDOUARD DELACROIX
AUTEUR : STEPHEN KING
COLLECTION : LIBRIO
EDITIONS : FLAMMARION

Lire les chroniques  :
Episode 1
Episode 2
Episode 3Episode 5

Publicités

6 commentaires sur “LA LIGNE VERTE T4 : LA MORT AFFREUSE D’EDOUARD DELACROIX

    • Et l’adaptation est presque semblable au livre… Presque. Avant d’être un livre c’était des livres (parution en épisodes) et qu’est-ce- que cétait bien !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s