LA MAIN HEUREUSE

main-heureuse-duchazeauFrantz et Mike adorent le groupe La Mano Negra. Ils apprennent qu’un concert est joué à Bordeaux, c’est à dire à 100 kilomètres de chez eux. Les deux adolescents décident de s’y rendre, sans rien préparer… A mobylette !

De Blackface Banjo à Lomax en passant par Le Rêve de Meteor Slim, Frantz Duchazeau imprègne ses oeuvres de musique. Dans La Main Heureuse, il passe de l’autre côté de la barrière : le spectateur. Un récit d’autant plus réel qu’il transpire l’amour de l’auteur pour La Mano Negra. Mais La Main Heureuse, ce n’est pas qu’un hommage. C’est aussi un road-trip où les rencontres pullulent, où les ennuis s’accumulent, mais ce n’est pas grave. Les adolescents veulent participer au concert coûte que coûte.
Ce récit c’est un trip sur le groupe La Mano Negra, un voyage déroutant sur une mobylette qui fait du 35 à l’heure, une chronique adolescente d’un enfant de divorcés. Frantz Duchazeau mélange ces récits pour donner une mixture qui colle à ce qu’on attend d’un album de musique : de l’éclectisme, des surprises et cette ambiance à nulle autre pareille. Avec une écriture sensible et de l’humour, Frantz Duchazeau raconte cette « équipée sauvage ». Comment deux adolescents vont se dépasser pour atteindre leur but. Pour prendre conscience de ce voyage un peu fou, il faut se remettre dans l’époque. Dans les années 90, le téléphone portable, Internet balbutiaient. Impossible de prévoir une affluence sur un concert de groupe.
Comme l’explique l’auteur, La Mano Negra déferlait sur les routes, sans affiche, envoutant les spectateurs. Pour les ados, c’était « comme la maîtresse trop bonne qui te branle ». Si le trait simple et charbonneux remet les ambiances en place, Frantz Duchazeau nous ensorcèle dès les premières pages par une onomatopée bien connue des ados : le bruit de la meule (mobylette). Une entrée en fanfare qui vous fera voyager pendant 100 pages.

Un voyage à l’ambiance musicale où des ados, malgré les péripéties, se rendent à un concert. Un ensemble magistralement maîtrisé. Ce n’est pas que La Mano Negra, ce n’est pas que Frantz Duchazeau, c’est à l’image de cette jeunesse folle prête à tous les sacrifices pour quelques heures de bonheur.

LA MAIN HEUREUSE
AUTEUR : FRANTZ DUCHAZEAU
COLLECTION : PROFESSEUR CYCLOPE
CO-EDITIONS : ARTE EDITIONS/CASTERMAN

Cette chronique a été faite dans le cadre de la BD de la semaine. Ce mercredi, on retrouvera l’ensemble des participants chez les Mille et Une Frasques de Stephie

bd-semaine

Publicités

8 commentaires sur “LA MAIN HEUREUSE

  1. Moi c’est le contraire de Jacques. Rien ne s’adresse à moi dans ce bouquin. La présentation que tu en fais le rend super générationnel. Moi, dans les années 90 j’écoutais les 2be3 ou Nostalgie, donc c’est te dire…Je passe mon tour, bien que vieux con, je suis pas assez vieux pour ce bouquin. ^^

      • J’ai jamais été ce genre d’ado. Donc non, décidément, à tous point de vue c’est pas pour moi.
        Et si, désolé, mais un bouquin sur les concerts de la mano négra, c’est un truc de quarantenaire^^
        Mais je payerai volontiers ce bouquin à un de mes beaufs de cet âge là…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s