CARNET D’UN MATELOT

carnet-matelot-blainEn 1992, Christophe Blain est appelé sous les drapeaux. Il choisit la marine, pour embarquer. Comme le futur auteur qu’il va être, il emporte avec lui des carnets. Il les remplit de croquis, témoins de son passage au service national, d’Hourtin à l’océan en passant par Brest.

Pour la plupart des personnes, Christophe Blain est le dessinateur de Quai d’Orsay : Chroniques Diplomatiques. Pour les lecteurs de bande dessinée, sa bibliographie est plus vaste, mais quand il en est l’auteur, les ouvrages évoquent souvent le voyage (Gus, Le Réducteur de Vitesse, Isaac Le Pirate). Son premier livre comme auteur complet est son témoignage du service national. Nous sommes en 1992, la loi « Joxe » est passée en janvier ( le service national est ramené à 10 mois au lieu d’un an). Pour Christophe comme pour les autres appelés, il n’y a aucune différence. On suit les différentes étapes au centre de formation maritime d’Hourtin : évaluations tant psychologiques que physiques, instructions sur la vie militaire, avant l’affectation définitive. Pour Christophe Blain, ce sera le « Tourville », une frégate anti sous-marine. Appelé du contingent, il aura le poste d’opérateur phoniste (charger de faire les liaisons téléphoniques au sein du navire). Pendant tout ces longs mois, Christophe dessinera en secret. Pourtant, de plus en plus de monde va s’en apercevoir, mais personne ne le dénoncera.
Ce livre, véritable carnet de voyage et photo d’une autre époque, montre les derniers jours du service embarqué (le service national a pris fin en 2002). Comment un appelé vit son service ? Quelle est la vie à bord d’un bâtiment de 300 personnes ? Ce reportage à l’intérieur est une pépite de tous les instants vécus (même s’il manque la quille et le débarquement). On s’étonne que l’auteur ne se soit pas fait prendre, quand on connaît la ténacité de certains capitaines d’armes (officiers mariniers chargés de la discipline).
Du croquis rapidement réalisé au dessin mis en couleurs, Christophe Blain montre l’étendu de son talent émergeant. Le réalisme se mélange avec des crobards et l’on a même une mise en couleurs avec La peinture officielle de la marine ! On est plus dans l’illustration que la bande dessinée, mais Carnet d’un Matelot a valu à son auteur le prix Jeunesse Gabier du festival du livre maritime de Concarneau.

Instants figés d’une autre époque, Carnet d’un Matelot montre la vie du service militaire, mais aussi celle d’un navire. Pour se faire une autre idée de la marine, 20 ans plus tard, il faut lire Embarqué : Carnets Marins dans le Jardin du Commandant.

CARNET D’UN MATELOT
AUTEUR : CHRISTOPHE BLAIN
EDITIONS : ALBIN MICHEL

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s