NARAGAM T1 : LA QUÊTE DE GËON

naragam-1-le-galli-mike-parisAlors qu’il apporte son dernier repas au prisonnier, Geön voit son village attaqué par des ombremortes. Sajiral, le prisonnier, le supplie de le délivrer, ce que fait Geön, avec réticence. A la suite d’un vol qui tourne mal, les deux personnages prennent la fuite. Ainsi commence la quête de cet improbable duo.

Le duo Michaël Le Galli-Mike s’était formé sur l’album La Guerre des OGM. Ils reviennent sur un thème tout à fait différent puisqu’on est dans un monde imaginaire; celui de la fantasy. Apparemment, pas de trolls, d’elfes ou de gobelins, mais des tworbs, des derkomaï, des primordiaux. C’est un univers inventé de toutes pièces auquel nous convie Michaël Le Galli. Derrière l’écriture, on reconnaît l’universitaire ethnologue qu’il fut. Chaque groupe aura sa particularité, son mode de vie.
Tout au long de cette centaine de pages, nos héros vont parcourir un monde presque vide et agressif. On pourrait comparer le récit avec La Route de Cormac McCarthy. Il s’est passé quelque chose (quoi?), le monde n’est plus le même et les rencontres sont rarement amicales. Malgré l’ambiance, il ressort une pointe d’espoir de ce récit, mais pour l’instant elle semble faible. On s’interroge sur ce premier tome et il n’y a pas beaucoup de réponses. On attendra le second tome pour se faire une idée.
Les lecteurs qui côtoient le blog de Mike savent combien il aime les grosses bêtes à cornes, pics et poils en tout sens. Un côté sombre, à l’opposé de ses strips (Death Squad, Mikesquad, Superfatigueman, etc). Dans Naragam, ses créations n’ont jamais été aussi présentes. Certes, il y a le nombre, mais la présence de ces colosses « menaçants » est impressionnante. Le bestiaire présent dans ce premier tome est riche. Quant à l’ambiance, il réussit avec trois coups de crayons à nous faire frissonner. Du grand art !
S’il ne fait « que » la couleur et le lettrage, le travail de Josselin Paris est essentiel. Loin d’être un faire-valoir, il met la police d’écriture au service du récit, permettant l’imprégnation du lecteur. Quant à la couleur, Josselin multiplie les nuances, malgré une thématique « dark ». On avait apprécié le travail sur Death Squad, on reconnait le savoir-faire du troisième homme de cet ouvrage.

Un premier tome qui permet d’apercevoir tout le potentiel graphique de Mike. La symbiose des trois auteurs sert admirablement le dessin. On espère que le deuxième tome donnera quelques réponses (sanglantes et clinquantes ?) à ce tome au ton frôlant la fantasy-intimiste.

NARAGAM
T1 : LA QUÊTE DE GEÖN
AUTEUR : MICHAËL LE GALLI
DESSINATEUR : MIKE
MISE EN COULEURS ET LETTRAGE : JOSSELIN PARIS
COLLECTION : TERRES DE LEGENDES
EDITIONS : DELCOURT

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s