ISALINE T1 : SORCELLERIE CULINAIRE

isaline-t1-l-hermenier-yllyaIsaline est une jeune fille presque comme les autres. Elle descend d’une lignée de sorcières du côté paternel. Alors, quand il est question de séduire le beau Thomas, sa grand-mère lui montre un livre de sortilèges, mais la magie n’est pas un jeu…

Isaline est un récit classique et sympathique, mais contrairement à ce qui est annoncé, il est loin de l’ambiance des réalisations Ghibli. A la lecture de ce premier tome, on penche vers Sabrina l’Apprentie Sorcière. Entre romance et comédie, Isaline tente de cacher son héritage surnaturel. Pourtant les tentations sont grandes : les beaux yeux de Thomas, l’adversité avec Laurie. Le scénario n’a rien d’exceptionnel même s’il relève quelques surprises amusantes.
Au dessin, Yllya assure un trait hérité du franco-belge et du manga. Des grands yeux, une physionomie semi-réaliste, un ton où l’humour n’est jamais bien loin et le tour est joué. Un mélange qui permet d’avoir un univers sympathique. D’un côté le monde des humains, de l’autre, celui des sorciers. Comme il y a de l’humour, on pourra apprécier les parodies de balais, monstres, humains qui feront rire toute la famille.Yllya assure que les personnages sont véritables suite à une connection onirique via la grand-mère d’Isaline. On laisse l’artiste prendre la responsabilité de ses propos.
Le lectorat voulu ici est celui des jeunes filles. Une double-vie, un beau garçon, de la justice… Le récit manque un peu de finesse pour être complètement emballé. On espère que les prochaines histoires seront plus « fines ».
Le bonus de cette collection c’est d’avoir la même histoire en deux formats, d’où le nom de la collection : Bamboo au Carré.
Pour 80 pages, grand format, cartonné, couleur, vous avez une bande dessinée classique. Pour 150 pages, noir et blanc, petit format, vous avez un « manga ». La différence se situe sur le découpage et le tramage (valeurs de gris). Si les histoires sont les mêmes ces deux différences sont de taille puisque c’est toute la narration qui change. Dans le manga, elle est plus dynamique et certains effets sont présents, alors que le grand format respecte le classicisme belge des cases rectangulaires. A contrario, ce grand format permet une grande lisibilité, alors que le petit format est moins facile.
Difficile de savoir ce qui a été pensé en premier, mais l’idée marketing est bien pensée et loin d’un simple recadrage bande dessinée/manga, ce sont tous les codes des genres qui sont présents. A l’éditeur désormais de bien choisir les histoires pour mettre en valeur les formats.

ISALINE T1 : SORCELLERIE CULINAIRE
AUTEUR : MAXE L’HERMENIER
DESSINATRICE : YLLYA
COLLECTION : BAMBOO AU CARRE
EDITIONS: BAMBOO

Publicités

Un commentaire sur “ISALINE T1 : SORCELLERIE CULINAIRE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s