REMO : SANS ARME ET DANGEREUX

remo-sans-arme-dangereux-guy-hamiltonRemo s’est vu recruté par une agence gouvernementale non-officielle, le CORE . Entrainé par Chiun, maître coréen dans l’art du sinanju, il développe peu à peu des dons exceptionnels. Un dur apprentissage, vu que son maître le traite comme un inférieur. Pendant ce temps, la mission se précise. C’est un complot contre l’armée américaine. Remo doit s’y infiltrer…

Sorti dans nos contrées en 1986, Remo : Sans Arme et Dangereux est une adaptation de la série de romans L’Implacable. Si aucun des deux auteurs (Richard Sapir, Warren Murphy) ne collabore au scénario, c’est un réalisateur reconnu qui signe le long-métrage : Guy Hamilton ( Goldfinger, L’Homme au Pistolet d’Or, ou La Bataille d’Angleterre). A son actif, quatre films de la série James Bond. un ton espionnage/humour qui colle remarquablement à Remo. Côté acteurs, Remo est incarné par Fred Ward et il est côtoyé par des comédiens connus ou à connaître : Wilford Brimley (La Firme, Cocoon) ou Kate Mulgrew (Madame Columbo, Star Trek Voyager, Orange is the New Black), mais LE rôle à retenir est celui de Chiun. La production préfère un comédien grimé en asiatique plutôt qu’un véritable coréen. Le choix tombe sur Joel Grey. Après trois heures de maquillage, il est métamorphosé, mais ce sont les postures et le doublage qui vont convaincre le public.
Remo : Sans Arme et Dangereux mange à plusieurs râteliers : action, apprentissage, humour, art martial, mais comme dans le livre, ce sont les répliques Remo/Chiun qui font tout le sel de cette adaptation. Les deux personnages s’adorent tout en se détestant cordialement : « Si ta cervelle était aussi active que ton ventre, tu aurais le prix nobel », « Tu conduis comme un macaque en rut », ne sont que des exemples parmi d’autres.
A une époque où les effets spéciaux ne passaient pas tous devant un écran vert, les prouesses de Remo semblent réelles. Que ce soit l’entrainement, la statue de la liberté ou encore la fuite de Chiun, ces scènes sont bien chorégraphiées et permettent, 30 ans après, un visionnage sympathique. Malheureusement, le film n’a pas fonctionné et ne s’est fait un « succès » qu’à travers la vhs puis le dvd.

Ne boudons pas ce plaisir sympathique ! Remo Williams est un « petit » film qui se regarde tranquillement. L’adaptation respecte la relation Chiun/Remo, les personnages ont de la présence, les dialogues sont bien trouvés et la musique est entraînante. De quoi passer une bonne soirée entre amis.

REMO : SANS ARME ET DANGEREUX
REALISATION : GUY HAMILTON

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s