LA LUNE EST BLANCHE

la-lune-est-blanche-françois-emmanuel-lepageEmmanuel Lepage et son frère François embarque pour une grande aventure. Raconter le quotidien de la base Dumont d’Urville, participer au ravitaillement de Concordia distant de 11.000 kilomètres, mais le continent Antarticque réserve bien des surprises…

En 2011 sortait Voyage aux Iles de la Désolation. Emmanuel Lepage racontait son périple aux îles Kerguelen. Un magnifique ouvrage emprunt de poésie, de vulgarisation scientifique, qui permettait de voyager, mais aussi de faire connaissance avec les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises). La Lune est Blanche est la suite de cette aventure. Aventure. Selon le dictionnaire Larousse : « Entreprise comportant des difficultés, une grande part d’inconnu, parfois des aspects extraordinaires, à laquelle participent une ou plusieurs personnes ». Cette définition résume tout à fait les 250 pages de ce livre. Malgré les technologies, malgré les connaissances des scientifiques du bord, chaque changement météo peut bouleverser toute la mission. Comme il est répété plusieurs fois : « Ah ! C’est l’Antarctique! ». L’homme est soumis à la nature, il doit se soutenir avec ses semblables, malgré les problèmes quotidiens. Si le livre est avant tout une histoire humaine et fraternelle, un dépassement de soi, les auteurs vont plus loin dans la recherche. A travers plusieurs flash-back, ils racontent la chronologie de ce continent, encore inexploré. La découverte, les différents exploits et aussi la situation particulière de l’Antarctique sont décortiqués. Dès la première planche, la couleur saute aux yeux. Et ce n’est que l’entrée en matière de ce bijou. Côté dessin, Emmanuel Lepage déploie tout son art : Aquarelles, lavis, dans un graphisme qui se rapproche de la photographie. Certains planches nous laissent encore perplexes. Est-ce des photos ou du dessin ? Tout au long du livre, on pense à plusieurs auteurs contemporains : Pierre Joubert, René Follet et Guillaume Sorel. Côté photo, c’est le frère d’Emmanuel qui déclenche l’obturateur. Là aussi, c’est impressionnant. Les couleurs peuvent être ternes comme vives mais jamais on ne retrouvera deux clichés pareils. Pourtant, il n’y a rien d’exceptionnel… De l’eau, de la glace, des bateaux, mais François sait les mettre en valeur.

Avant de conclure, deux anecdotes viennent à l’esprit. Certaines planches se rapprochent de l’oeuvre de Guillaume Sorel et ce dernier avait illustré l’Arctique dans l’album Souvenirs de films. D’autre part, La Lune est Blanche fait partie des livres de 2014. Ca fait dix ans que Futuropolis renaissait après un rachat Gallimard-Soleil. S’il y a eu du changement, peut-on réellement se plaindre de cette dizaine d’années passées en leur compagnie ? La réponse  est dans votre bibliothèque.

Véritable aventure humaine et dépassement de soi, La Lune est Blanche est autant l’oeuvre de deux frères que le reportage hallucinant au milieu des scientifiques. Pour apprécier ce livre, il suffit de l’ouvrir. Les barrières entre genres sont abaissées. Pour aller plus loin, François Lepage, outre une exposition au palais de la découverte, continue son projet de reportage photographique. Cette fois, il part vers le 5ème district des TAAF : les îles Eparses.

LA LUNE EST BLANCHE AUTEURS : EMMANUEL ET FRANCOIS LEPAGE DESSINS ET COULEURS : EMMANUEL LEPAGE PHOTOS : FRANCOIS LEPAGE EDITIONS : FUTUROPOLIS

L’avis des Chroniques de l’Invisible

Logo-BD-Mango-bleu

Publicités

14 commentaires sur “LA LUNE EST BLANCHE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s