HERAKLES T1

herakles-edouard-cour-t1Herakles exécute ses travaux. D’exploits en actes héroïques, d’amitiés renouvelées aux massacres, des ombres planent sur le demi-dieu. Tantôt sentencieuses, tantôt moqueuses, mais seront-elles plus fortes que la volonté d’Herakles ?

Première bande dessinée d’Edouard Cour, ce tome d’Herakles (deux parus, un à venir) est une véritable surprise. On connaît le héros de la mythologie par les récits littéraires, sa transposition dans l’univers Marvel, les nombreuses versions cinématographiques, voire les 12 travaux faits par Astérix. A première vue, malgré une couverture qui étonne, rien de sensationnel. Dès les premières pages, Herakles semble se comporter comme une brute sans cervelle, dont les quelques mots ne sont que des traits d’humour blasé. En fait, l’histoire va plus loin. On s’aperçoit qu’Herakles est un homme blessé, soumis au bon vouloir des dieux. A travers ce premier tome, Edouard Cour démontre qu’on ne connaît pas les travaux. En 160 pages, il en exécute huit (certains ne seront pas reconnus), mais surtout il invite le lecteur à se poser des questions. Pourquoi est-il nommé la gloire d’Héra ou Alcide ? Quelles sont les ombres qui l’accompagnent ? Les réponses se trouvent dans la mythologie et permettent d’élargir le propos.
Le ton, contrairement aux différentes versions, est insolent. Dans un premier temps, on pourrait croire à une parodie, mais il suffit de lire le texte original, pour se rendre compte que l’auteur n’a fait que rajouter un peu de piment. Le reste est exact.
A première vue, le dessin n’est pas exceptionnel. Le héros est massif, il prend de la place, il y a peu de détails, mais ce sont « défauts » qui vont faire le charme de cette bande dessinée. en jouant avec le cadre, avec les angles ou le rendu du crayon, Edouard Cour nous fait vivre Herakles ! Son trait est un mélange de Christophe Blain et Tom Tirabosco (période Léo et Léa). Un mélange fait de pastel et de graphisme massif qui prennent toute la place dans chaque case !
Revisiter avec culot le mythe d’Herakles, il fallait oser. Edouard Cour le fait avec talent et sans changer (ou si peu) la mythologie. Un véritable tour de force. On dit souvent qu’un livre doit être remboursé par la sécurité sociale. Si la mythologie grecque est encore enseignée, elle doit être au programme. Par son « détournement », Herakles apparaît différemment. Edouard Cour n’a pas fini de nous étonner !

HERAKLES T1
AUTEUR : EDOUARD COUR
EDITIONS : AKILEOS

Les avis de : Liratouva, D’une berge à l’autre, Sin City, Un amour de bd, Les chroniques de l’invisible.

Publicités

3 commentaires sur “HERAKLES T1

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s