CLOCHETTE AU PAYS DES MERVEILLES

clochette-au-pays-des-merveilles-pena-crisseClochette part à la poursuite de Peter Pan dans Londres. Sa recherche la conduit dans une étrange librairie où les titres de Dracula, Le Portrait de Dorian Gray, Le Château des Carpates se côtoient sur les étagères. Surprise par le gérant, celui-ci l’écrase dans un livre : Alice au Pays des Merveilles où Clochette est transportée.

Voilà des auteurs qui n’ont pas peur du ridicule. Le mélange des genres peut être apprécié et régulièrement une version plus ou moins éloignée de Lewis Carroll appairait. Ici, Crisse monte la barre un peu plus haut. Le gérant de la librairie est dénommé Scrudge, qu’on pourra sans peine passer à Scrooge. La façon de s’habiller, de se comporter… Tout correspond au vieil acariatre. Il dit passer des soirées avec Edgar Allan Poe, il a du Dracula sur ses étagères… Aucun de ses personnages, de ses oeuvres ne sont de la même époque ! Malgré tout, ça passe ! Car tel est le pitch de Crisse : Mélanger les contes, mais garder les caractères ! Clochette est toujours aussi jalouse et soupe au lait, le lapin blanc est en retard, Alice est aventureuse et le reste de ce petit monde est fou ! S’il devait y avoir une entorse, ce serait le chat du Cheshire; ici, il apparait menaçant alors que je l’ai toujours vu mystérieux… Si plusieurs personnages font partie du monde merveilleux de Lewis Carroll, on en retiendra deux : Obéron, échappé du royaume des fées et Mister Tramp. Ce dernier ne vient pas d’un conte. Création des auteurs, il erre dans les mondes. On ne sait pas quelle est sa quête. L’histoire, c’est Clochette qui veut rentrer chez elle, mais elle va s’apercevoir que ce n’est pas si simple. Les frontières des mondes sont ouverts et cette fracture ne fait que s’agrandir.
Si Pena est illustrateur, c’est sa première bande dessinée. Crisse s’est chargé du scénario et du storyboard. Pena faisait les décors et la couleur. Si le projet a mis trois ans à se monter, force est de constater que le duo fonctionne bien. L’histoire aurait pu être ridicule, mais c’est son étrangeté qui fait sa force. Les cases sont autant de tableaux, mais surtout, c’est la gestion des couleurs qui retient l’attention. Pena donne des effets à ses couleurs et l’ambiance s’en ressent. C’est magnifique et inquiétant !

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Cet univers où les personnages se rencontrent font penser à Alice au Pays des Singes, mais ce dernier donne dans l’humour, alors que Clochette est plus sombre. On découvre la patte de Pena, mais n’oublions pas l’interprétation de Crisse, magistral en chef d’orchestre. Un duo d’enfer est né !

CLOCHETTE AU PAYS DES MERVEILLES
SCENARIO : CRISSE
DESSINS : CRISSE/PENA
COULEURS : PENA
EDITIONS : LE LOMBARD

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s