FERRAILLEURS DES MERS

ferrailleurs-des-mers-paolo-baciculapiComme tant d’autres, Nailer est ferrailleur. Il désosse les navires échoués. Une activité où la fraternité des équipes est primordiale. Après un accident, Nailer voit son comportement changer. Alors quand un de ses voiliers de riches échoue, ainsi que sa jeune propriétaire, il se pose un choix crucial. Aider cette victime  ou la vendre et devenir riche ?

Paolo Bacigulapi (et sa traductrice Sara Doke) a cette capacité de nous faire plonger dans son univers en quelques phrases. De la carcasse d’un super-tanker échoué à un semblant de ville, en passant par la jungle luxuriante, le récit est riche en évènements, mais dur en ambiance. Dans ce futur où la nature s’est révoltée contre l’humanité, chacun essaie de faire partie d’un clan. Malheur à celui qui trahira les siens, il risque la mort, voire pire. Les ferrailleurs, qui rampent dans les carcasses pour ramener des bobines de métal, ne se plaignent pas. La vie est dure, ils tentent de survivre, point. C’est là toute la saveur de ce roman. Les personnages se trouvent face à des choix cornéliens : manger, être mangé ou autre chose. Amitié et trahison sont au centre de ce récit.
Roman post-apocalyptique (Quelque chose a ravagé la surface du globe avant le récit), la technologie n’est pas au premier plan. Les riches naviguent sur des voiliers sophistiqués, certains fonctionnant comme des hydroptères, des trains circulent…  Pour le reste, on sent que c’est du bricolage, mais on n’en saura pas beaucoup plus. Dynamique et bien mené, l’auteur résume systématiquement toute action de repos. Cela n’empêche pas les personnages de réfléchir, loin de là. Les personnages sont bien campés. Si aucun ne se plaint de son sort, ils essayent tous de s’en sortir, par n’importe quel moyen. Le plus atypique étant Tool, un mi-bête (une créature génétiquement modifiée). De son apparition à la fin du récit, l’évolution et le passif du personnage sont grandioses, alors qu’on apprendra pas grand chose.

Edité une première fois Au Diable Vauvert, dans la collection jeunesse, Ferrailleurs des mers s’éloigne des stéréotypes. A travers le destin du jeune héros, on ressent une histoire presque nihiliste. Son questionnement et son évolution permettront d’avancer dans le récit. Quant au fond (travail sur les bateaux, écologie) il est malheureusement d’actualité.

FERRAILLEURS DES MERS
AUTEUR : PAOLO BACIGULAPI
COLLECTION : SCIENCE-FICTION
EDITION : J’AI LU

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s