PREMIERES BULLES

Un groupe d’enfants qui construit une cabane, qui va à la mer. Des grenouilles qui parlent de leur papa et une cane qui ne semble pas apprécier son bizarre voisin. Trois livres pour la nouvelle collection des éditions Rue de Sèvres : Premières Bulles

Premières Bulles se veut la collection frontière entre la bande dessinée et l’album jeunesse. « Parce qu’il n’est jamais trop tôt à lire de la bande dessinée, avec des narrations adaptées aux tout premiers lecteurs ». Pour cette première sortie, ce sont des auteurs adultes qui sont invités : Jul, auteur parodique et dessinateur de presse, les Kerascoët, dont le dessin magnifique cache souvent un scénario sombre et le duo américain Castellucci/Varon. Si le concept semble agréable, voire pédagogique, les auteurs (à part le duo américain) ne sont pas des habitués de l’édition jeunesse. Le résultat n’est pas complètement à la hauteur des espérances.

mon-pere-ce-heron.jpg MON PERE CE HERON

Que racontent des jeunes grenouilles sur l’étang ? La vie plus ou moins imaginée de leurs pères. Audiovisuel, haute-couture, sport… Rien n’est trop beau pour mettre son paternel en valeur, jusqu’à ce qu’un des batraciens exagère un peu trop.

Jul, qu’on connaît par son humour (Silex and the City, Platon La Gaffe, L’Herbier Impitoyable) nous fait rire avec cette métaphore entre les grenouilles et nous. Qui n’a pas enjolivé la profession de ses parents ? Si les métiers envisagés sont tous abracadabrant (surtout pour des grenouilles), deux détails surprennent. Est-ce que les enfants ont les références nécessaires sur la radioactivité ou Karl Lagerfeld ? Je n’en suis pas sûr. Reste le graphisme de l’auteur. Celui-ci est vif, rond, tout de suite identifiable. Les lettres présentes dans les cases sont assez grosses pour permettre une lecture fluide. C’est drôle, ça parle aux parents comme aux enfants.

tchouk-1.jpg LES TCHOUKS: T1 ON A FAIT UNE CABANE
T2 ON A VU LA MER

Les Tchouks, ce sont 20 personnages anthropomorphes (15 garçons/5 filles) qui ont tous en commun un nom en tchouk (Tchoukrik, Tchouneur, Patatchouk, etc.). C’est un groupe d’amis où chacun a un caractère particulier (Tchoukrik semble le meneur, Patatchouk, celui qui n’est jamais content, etc.).

Voilà les Kerascoët loin de leurs univers (Miss Pas Touche, Jolies Ténèbres, pour ne citer que ceux-là). Le trait est rond, doux, les personnages sont identifiables (même s’il y en a beaucoup à retenir) et les couleurs sont superbes. Si le pari est réussi pour ces auteurs hors du commun (chaque case de l’album est magnifique), il y a à redire sur les histoires. tchouk-2.jpg
On a Fait une Cabane, premier titre de la collection est adaptée au langage enfantin. A quoi ressemble une cabane quand un groupe d’enfants veut en construire une ? Combien de pièces ? Faut-il des pièges ? Tout se passerait bien si Patatchouk n’arrêtait pas de grogner. Entre les idées rafraichissantes (une salle de bain dans une cabane) et des dialogues adaptés (le récit de l’orage est très drôle), On a fait une cabane est la synthèse entre l’album jeunesse et la bande dessinée. Alors pourquoi n’avoir pas repris la recette pour le deuxième tome ? On a Vu la Mer est sympathique, mais c’est plus classique dans son histoire, dans les dialogues. Vraiment dommage quand on voit le potentiel des Tchouks.

canards-trop-bizarres.jpg DES CANARDS TROP BIZARRES

Gwendoline a tout de la cane bien éduquée, qui prend soin d’elle et choisit les bons produits. Rien à voir avec son nouveau voisin, Elvis. Celui-ci est débraillé, différent… Mais d’elle ou de lui qui est le plus bizarre ?

Reconnues outre-Atlantique pour leurs écrits Cecil Castellucci et Sara Varon s’associent sur un projet. Comment deux êtres que tout oppose peuvent trouver quelque chose qui l’attire chez l’autre ? Un récit qui enlève la barrière des différences, qui ose aller vers l’inconnu (l’autre, l’étranger, celui qu’on ne connaît pas). On sourit aux mésaventures de Gwendoline et d’Elvis. Deux antithèses de personnages qui, par le hasard, vont se rapprocher. Le récit est simple, presque linéaire, la police est élégante. Le déroulement de l’histoire se situe entre l’album (illustration pleine page) et la bande dessinée (le récit est décomposé en séquence de cases). Comme le titre l’indique, les personnages sont vraiment bizarres et le lecteur notera certainement des références avec nos contemporains.

Les premiers titres de la collection Premières Bulles sont tous à la frontière de l’album jeunesse et de la bande dessinée. Si Des Canards Trop Bizarres illustre le parfait mariage, Mon Père ce Héron et Les Tchouksn’en sont pas loin. Mais si nous, adultes, critiquons le livre, qu’en pensent les enfants ?

DES CANARDS TROP BIZARRES
AUTEUR : CECIL CASTELLUCCI
ILLUSTRATEUR : SARA VARON

MON PERE CE HERON
AUTEUR : JUL

LES TCHOUKS
AUTEUR : BENJAMIN RICHARD
ILLUSTRATEURS : KERASCOËT

COLLECTION : PREMIERES BULLES
EDITIONS : RUE DE SEVRES

Publicités

2 commentaires sur “PREMIERES BULLES

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s