LOPERHET EN EBULLITION 2014 : JOUR 2

loperhet-ebullition-2014Quand une deuxième journée de festival commence, on pourrait se dire : « On prend les mêmes et on recommence », mais ça n’est jamais vrai. Pour ma part, j’ai commencé avec du retard. Au moment de partir, je vérifie mes feuilles d’interviews. Il me manque Carole Maurel. Je suis obligé de rallumer l’ordinateur et l’imprimante, d’attendre que tout se mette en marche, de chercher le texte, de l’imprimer, etc. Comme le fera remarquer l’un des organisateurs (et chauffeur de surcroît) : « Dix minutes de retard, c’est énorme ». Il n’a pas tort. Dans cette histoire, j’en ai  oublié mon badge…

lemercierSi je ne fais pas partie de l’organisation ou des
bénévoles, je donne un coup de main en attendant l’ouverture. L’exposition de Gwendal Lemercier est à mettre en place. Si les panneaux sont superbes, on peut regretter les trous faits par ses propriétaires… Quant aux chasseurs de dédidaces, ils sont toujours présents. C’est une file quasi militaire de sacsqui se trouve à l’entrée de la billetterie. Dès l’ouverture des portes, certains vont courir, d’autres vont marcher façon « marathon ». Il faut imaginer ces personnes avec sacs, valises, chaises…

loperhet-ebullition-file2

Dernière personne interviewée : Carole Maurel. Si le public brille par son absence, l’auteure semble satisfaite, vu les nombreux rires. Enregistrée, la rencontre sera diffusée sur Internet. J’enchaînerai avec Pépito : « tenancier » du Bar de La Marée, pilier de Quai des Bulles, dont la gentillesse et l’humour ne sont plus à prouver, mais attention s’il enlève ses lunettes…

loperhet-ebullition-ca-depoteJe continue à faire le tour des exposants. Comme c’est encore calme, certains en profitent pour se faire relaxer par Ca Dépote. Ludik Addict propose de la peinture sur des figurines. Un exercice qui demande de la concentration, il ne faut pas que ça dépasse.

Pour cette année, les expositions étaient intégréesloperhet-ebullition-zeh-hir.jpg aux lieux du festival. Si « En chemin elle rencontre » reste l’exposition la plus forte, sa voisine était aussi importante. Le projet Zef’hir lie le monde de la bande dessinée et la lutte contre la mucoviscidose. L’évènement 2013 se révélant un succès, la suite s’est mise en marche. Sur le festival, on pouvait trouver quelques oeuvres en vente, en attendant le 29 novembre 2014. Deux autres expositions étaient loperhet-ebullition-exposition-copie-1.jpgprésentes et pas des moindres. Ludovic Jaffré avait mis en oeuvre une fresque participative lors de la Saint Michel 2013. Après finalisation, le résultat était exposé ce week-end. Son verso était le résultat « scolaire  » d’une année de bande dessinée. La classe de cinquième 1 du collège de Kerhallet s’est formée au neuvième art. Storyboard, scénario, encrage… Ce projet, sous l’impulsion de Bertrand Gallic, professeur d’histoire-géographie, est encadrée par l’équipe pédagogique. Le succès est tel qu’on parle d’un déploiement à tout le collège !

Un festival ne pourrait porter son nom sans les maisons d’éditions. Si la plupart sont locales, toutes permettent d’avoir une variété des genres. François Plisson représentera la fantasy, P’tit Baluchon fera voyager la petite enfance. On n’oubliera pas Gulf Stream, dont le catalogue est riche en qualité. Quant à Locus-Solus, son catalogue éclectique permet de découvrir, entre autres, la Bretagne autrement.

Les auteurs et créateurs de La Revue Dessinée étant présents, je n’ai pas obtenu une dédicace, mais cinq. Ce moment particulier permet d’échanger avec l’auteur. Si Kokor s’est révélé poète et iconoclaste (il a tamponné officiellement son reportage), j’ai eu une discussion intéressante sur le numérique et notre identité avec Olivier Jouvray. Sa position est loin d’être négative (oui, des entreprises prennent le contrôle d’Internet, mais…). Quant à ma dernière interview, je l’enregistrai avec Herik Hanna. Nous avons tout de suite sympathisé autour de points communs (notamment les Strange) et son enregistrement s’avère intéressant et drôle.

loperhet-ebullition-natachaloperhet-ebullition-caroleloperhet-ebullition-echegoyen

Côté animation, Chansons Tombées de la Lune remporte un franc succès ainsi que Contes et Avatars de la Création par Sylvain Cebron de Lisle. Au début, je ne voulais pas assister au dessin à trois mains, mais, quand j’ai entendu que Paul Echegoyen participait, j’ai pris ma place. Il était accompagné par Natacha Sicaud et Carole Maurel. A contrario de la veille, ces auteurs ont décidé de s’imposer un sujet, mais, de ne pas le dévoiler au public. Une triple création naissait dans un silence sépulcral. Rythmé par le monologue de l’animateur, visiblement sous le charme graphique (je vous laisse plus de temps / je vous laisse moins de temps), les tableaux se sont révélés une adaptation de La Belle et la Bête. Les fonds récoltés par la vente aux enchères sont allés à l’association Gaêtan Salaun, pour lutter contre la mucoviscidose.

loperhet-ebullition-3-mains

locus-solus.jpgLa journée se termine, les auteurs rentrent chez eux, les exposants remballent les stands (pendant que d’autres prennent l’apéritif). Eh oui, un festival n’est pas qu’un lieu où l’on rencontre son auteur favori. Il faut programmer, accompagner, nourrir les auteurs. Les différentes expositions sont elles aussi montées et démontées dans la journée. Un tel festival (60 auteurs sur deux endroits, 4 expositions, des animations journalières) demande des bénévoles. Cette année, ils étaient 80 à vous renseigner, vous accompagner avec le sourire. Il ne faut pas oublier ces petites mains.

Tout festival se termine par un bilan. Si le maire de Loperhet a perdu son pari (les organisateurs estiment les entrées à 2000/2500 visiteurs), l’expérience est concluante. Le public répond présent à la manifestation sur deux jours, les auteurs sont ravis. Pour le reste (taille des salles, position des exposants, etc) les organisateurs doivent ajuster la mesure. Je ne me fais pas trop de souci sur ces problématiques. L’association Brest en Bulle a prouvé son dynamisme et son implication. Vivement la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s