LOPERHET EN EBULLITION 2014 : JOUR 1

loperhet-ebullition-2014C’est le jour j ! Si le soleil s’éloigne un peu, la pluie ne vient pas nous taquiner. Ca n’empêchera pas les passionnés de venir faire la queue avant 6 heures du matin (le festival ouvre à 10 heures). L’un d’eux me soulignera : « Il y a Mohamed Aouamri, c’est pour lui qu’ils sont là ». En attendant de vérifier laloperhet-ebullition-grenouille prophétie, je me promène à travers les lieux, encore peu encombrés. On y trouve des animaux bizarres, des décorations champêtres… Loperhet en Ebullition serait-elle devenue une monstrueuse parade ? Non, heureusement…

Les portes sont ouvertes et le public s’y engouffre, pour aller prendre place… Devant le dessinateur de Saga Valta. Celui-ci, presque blasé, déclare de sa voix chaude : « Je déclare les dédicaces ouvertes ! » avant de s’installer à sa table. Il n’est pas le seul. Les auteurs arrivent, selon un programme déterminé avec les organisateurs. Les premiers cafés sont servis, on regarde « timidement » les bacs des bouquinistes, on scrute les auteurs, pendant que les libraires d’Excalibulle courent d’un bout à l’autre de leur stand.
Dans la salle Trimaran, les animations s’enchaînent : Interview d’Olivier Jouvray, table ronde sur La Nuit Mac Orlan, avant de laisser la place aux techniciens de Chansons Tombées de La Lune. Croyez-vous que tout est parfait ? La matinée aura son lot de « cafouillages », mais le spectacle continue et le public ne s’apercevra de rien. D’ailleurs, Olivier Jouvray déclarera (en voyant la friterie Serken) : « Ce festival est le meilleur au monde ». Comme quoi, le succès tient à peu de choses.

serken-loperhet.jpgAh… Serken. Qui n’a pas goûté ses fameuses frites, ne peut comprendre pourquoi l’attente est longue…Mais le résultat est là. Pour reprendre la série française, Kaamelott : « Le gras, c’est la vie ». C’est gras, l’abus est mauvais pour la santé, mais ça n’a rien à voir avec le surgelé. Le lecteur de bandes dessinées est-il gourmand ? A Loperhet, il y en a !
La pause du midi (dit la promenade digestive) permet de faire le tour des stands. On s’arrêtera particulièrement sur  Ca Dépote, l’association qui permet de redécouvrir le plaisir : anti-stress-repos-découverte du salon par les sens.. Un programme « revitalisant » qui n’attend que ses visiteurs.
arnaud-obion-loperhetL’après-midi commence avec Chansons Tombées de La Lune. Les intrépides artistes donnent un concert où l’imagination débridée est de mise : monstre en papier mâché, concours du monde de Loperhet Nord du cri de dinosaure, jolie méduse et envois d’avions en papiers ne sont qu’une partie du répertoire. Si l’infatigable Arnaud Le Gouëfflec chante, Chapi-Chapo joue aux jouets, John Trap triture les boutons pendant qu’Obion dessine. A ce propos, on se doit de saluer la performance de l’auteur. Suite à un incident technique, le dessin prévu sur tablette s’est vu faire sur papier. Malgré le décalage technique, Obion a réussi à mettre en images le spectacle ! Cette loperhet-ebullition-dame.JPGanimation sera suivie, par le très attendu : dessin àloperhet-ebullition-nain.JPG trois mains. Le principe en est simple. Trois artistes sur trois papiers différents ont dix minutes pour dessiner. Lorsque le temps est écoulé, on décale les dessinateurs. Au bout de trente minutes, le dessin final est signé et réalisé par trois mains différentes. Aujourd’hui, ce sont Mohamed Aouamri, Julien Solé et Olivier Thomas qui se sont « défiés », sous l’oeil amusé des spectateurs. Les trois dessins ont été vendus ensuite aux enchères.
Le salon permet aussi de faire des rencontres. C’est le cas de Marie Moinard et des éditions Des Ronds Dans l’O. Venue pour défendre et expliquer la loperhet-ebullition-requin.JPGsérie et l’exposition « En Chemin, Elle Rencontre » (contre les violences faites aux femmes). Son propos est sensibleloperhet-ebullition-piano intelligent et néanmoins, il montre l’urgence de la situation. Non, la violence, aussi bénigne soit-elle, n’est pas banale. A côté d’elle, son auteur Eric Appéré présentait en avant-première : Il Revient Quand Mon Papy ?J’en ai profité pour lui demandé ma 37ème dédicace de piano !

La journée se termine tranquillement avec la dernière interview de Julien Solé. Entre trac et fatigue, je cafouillerai lamentablement (je me trompe de feuille) avant de reprendre, dans la bonne humeur, une interview décalée.

Pour la fin de cette première journée, nous laisserons les auteurs reprendre des forces au bord de la mer. Avec B. et B., nous affronterons Les Quatre Vents, son chardonnay et la refonte du monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s