RENCONTRES LUDIQUES DE BRETAGNE 2014

rlb2014C’est le 12 et 13 avril que se déroulait la 16ème édition des Rencontres Ludiques de Bretagne. Dans un nouveau lieu, proche du centre ville, addict, curieux ou simples néophytes se sont mesurés. Pas de violence, uniquement des jeux…

Désormais, c’est à l’UFR Sciences de l’UBO (Université de Bretagne Occidentale ndlr) que se déroule cette convention multijeux (jeux de plateau, jeux de rôle, jeux de figurines et jeux de cartes). Organisée sous l’égide de l’association étudiante Au Lion Joueur, les différentes associations de jeux se sont réunies pour mettre en place un évènement pérenne. Nouveaux partenaires, présences de boutiques, tournoi de haute volée…
Si c’est la première année, les choses sont bien en place. Un accueil pour renseigner les visiteurs, des espaces délimités et une bonne ambiance pour accompagner le tout.

Du côté des jeux de plateau, on remarque une montagne de boîtes. Prêtées pas les différentes associations, il y en a pour tous les goûts. Des Colons de Catane à Ricochet Robot, en passant par Battlestar Galactica,rlb1.jpg on est servi. Si les débutants et les familles sont les bienvenus, les différents jeux sont prévus pour 8 ans et plus. Christian Le Bars, président de l’association Tonnerre de Jeux soulignait qu’ils étaient là pour jouer et faire découvrir la multitude de jeux disponibles. L’univers littéraire était présent avec Le Trône de Fer, Le Petit Prince ou Le Seigneur des Anneaux.

Côté jeux de rôles, ce n’était pas moins de onze salles qui étaient prévues pour accueillir les rôlistes. Les années précédentes, les premières inscriptions étaient lentes à venir, mais cette année, la jauge maximum (24 joueurs) a été atteinte immédiatement. Etant plus intéressé par le côté littéraire, voici ce qu’on pouvait trouver : L’appel de Chtulhu, Les Lames du Cardinal, Le Disque-Monde , Le Trône de Fer et Manga No Densetsu. C’est une partie de ce qui était possible de jouer samedi et dimanche. Là aussi, les ambiances changent selon le jeu choisi, de l’horreur à l’humour, de l’aventure aux sombres machinations politiques, tout était possible.

Je me suis moins intéressé aux jeux de cartes et aux figurines, malgré les nombreuses animations autour. Il faut dire que je me suis laissé (volontairement) happé par Erick Ozouf puis Romaric Briand.
Qualhiryann_s.jpgle premier est l’auteur-éditeur-diffuseur de Qualhiryann. Cette série qui comportera quinze volumes (une centaine de pages) est basée sur une campagne de Donjons et Dragons. L’auteur la veut accessible à tous. La campagne elle-même a été conçu pour son fils et ses amis. Véritable saga médiévale fantastique, le prologue contiendra quinze volumes avant quarante autres pour la campagne proprement dite. Si Erick essaie de vivre de cette saga, il veut surtout partager cette histoire avec les lecteurs. Qualhiryann pourrait être un univers plutôt qu’une « simple » histoire. Il prévoit un volume par personnage, chaque organisation de ce monde fictif aura son livre, une partie du bestiaire se verra décliner en trilogie… Un projet ambitieux qui n’arrête pas son auteur. Celui-ci voit déjà la suite avec des adaptations : jeu vidéo, série télé, bande dessinée, etc. Tous les renseignements sont sur la page de Qualhiryann et sa page Facebook.

le-val-copie-1.jpgLe deuxième auteur fut Romaric Briand. S’il a créé deux univers que sont Sens Hexalogie et Le Val, tous les deux passionnants, nous allons plutôt nous tourner vers ce deuxième. Pourquoi ? Parce que le jeu-règle du Val se passe dans un livre. Pour jouer, il faut l’avoir lu. Un univers imaginaire où tous les mots sont choisis avec précision, où les illustrations montrent des cartes de tarot païen… Vous êtes perdus ? Ne craignez rien, c’est assez facile à comprendre. Il faut souligner que l’auteur est un joueur invétéré et qu’il ne trouvait rien de bien pour ses grands-parents. Avec Le Val, c’est un jeu de 54 cartes banales qui est entre nos mains. Stratégie et mémoire vous feront gagner. « J’ai eu des défaites sévères avec ma grand-mère » clame l’auteur hilare. Je me suis donc immergé dans ce val contre un des membressens.jpg des Conteurs du Ponant. Une démonstration difficile de premier abord, mais aidé par Romaric, la partie gagne en intensité. Comme il est écrit dans Tric-Trac « C’est un Objet Ludique Non Identifié ».
Quant à Sens, son auteur, philosophe de formation, amène les joueurs à se poser des questions. Romaric me l’a brièvement présenté. Ca se passe dans un univers de science-fiction où l’homme atteint l’omniscience, mais cette découverte révèle que la Liberté n’est qu’illusion. Tout est déterminé. Les joueurs incarnent la résistance (ils sont libres et indéterminés) et tentent de ramener la paix. Un jeu de philo-fiction parfaitement maîtrisé par son auteur.
Pour en savoir plus sur Sens Hexalogie et Le Val, suivez les liens.

Après un week-end où participants comme organisateurs n’ont pas regardé les heures, le résultat est sans appel. C’est un beau succès pour cette « première » édition UBO avec près de 500 festivaliers. Si ça continue, on n’aura plus besoin de sauver les rôlistes.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s