OUESSANTINES

ouessantines-nicoby-weberUne continentale, Soizic, décide d’ouvrir des chambres d’hôtes sur l’île d’Ouessant. Mal vue par les îliens, elle n’a comme amie que la vieille Marie. Malheureusement, celle-ci meurt bientôt, pendue. Elle lègue à Marie ses objets quotidiens. Un héritage pesant dont se serait bien passé Soizic.

Ouessantines, ce sont plusieurs histoires en une. C’est le défi de Soizic qui veut s’installer sur l’île. Têtue, voire bornée, elle n’hésite pas à ruer dans les brancards, quitte à le regretter ensuite, mais jamais elle ne fera marche arrière. Têtue, vous dis-je. Mal acceptée par la plupart des habitants, elle trouvera son salut dans les bras de l’instituteur. C’est aussi l’histoire d’une communauté à part. On est (naît) ouessantin ou pas. Les gens parlent, les secrets sont gardés et certains personnages sont importants : le curé, le notaire, voire l’homme à tout faire. C’est surtout le portrait de femmes. Les hommes étant absent, c’est une société matriarcale qui s’est développée. Ouessant n’est pas fait pour les faibles. De caractère rude, elles se soutiennent.
Ces trois histoires se retrouvent au fil du récit. Sous couvert d’une enquête, Soizic (et le lecteur) découvre ce qui fait la force de l’île, ses particularités aussi. Patrick Weber joue merveilleusement avec les caractères des personnages. Soizic qui essaye d’en savoir plus, les ouessantin(e)s qui ne veulent rien dire et ce cher instituteur qui essaye de tempérer les ardeurs de son amie. Comme il l’écrit en postface, l’auteur a été marqué par Ouessant. Cette histoire le démontre.
Nicoby n’est pas en reste. C’est la deuxième fois qu’il parle de cette île. La première, il se mettait en scène (avec des choux et des moutons). Le trait semi-réaliste, il montre une île tour à tour sauvage, rustique, exotique. Nicoby ne charge pas les décors, on va à l’essentiel. Il permet au lecteur de s’attarder sur certains détails.

Les deux auteurs se sont approprié Ouessant. Ouessantines en est le résultat. Une histoire qui raconte l’île à leurs manières. Pour parfaire notre éducation, un dossier photographique est proposé à la suite du récit. Histoire de continuer le voyage.

OUESSANTINES
AUTEUR : PATRICK WEBER
DESSINATEUR : NICOBY
EDITION : VENTS D’OUEST

Publicités

Un commentaire sur “OUESSANTINES

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s