AVA T2 : AVA PRÉFÈRE SE BATTRE

ava-prefere-se-battre-maite-bernardAva est de retour sur Jersey où tout ne se déroule pas comme prévu. Plusieurs fantômes n’acceptent pas cette jeune française de quinze ans, alors qu’ils ont plusieurs centaines d’années. Les conseils d’Harald (un viking fantômes âgé de huit cents ans) ou de Cecilia Watson (l’ancienne consolatrice) ne l’aident pas. Cerise sur le gâteau, elle fait connaissance de Marco, un beau jeune homme (vivant). Si elle savait comment s’y prendre avec les garçons, ou les fantômes…

Dans le précédent tome, nous avions laissé Ava partir de Jersey. On apprenait qu’elle s’était fait un ami d’Harald, un fantôme viking quelque peu rustre ainsi que Cecilia Watson, sa tutrice pour devenir la consolatrice des fantômes. On a plaisir à retrouver ses personnages tout en nuances, qui ont toujours quelque chose à vous apprendre, surtout quand on est une jeune fille de quinze ans. C’est bien là le problème d’Ava. Elle a quinze ans et aux yeux des fantômes, ce n’est pas assez. Avec son caractère, Ava ne se laisse pas faire, au point de créer quelques catastrophes diplomatiques. On n’aborde pas les fantômes comme les adolescents de son âge (et vice-versa), surtout quand il est question de les emmener dans l’au-delà.
Si une dizaine de fantômes hantaient le premier livre, il est question ici de plusieurs centaines, éparpillés sur les différentes îles anglo-normandes. Un casse-tête pour notre héroïne qui devrait aller voir tout le monde et résoudre les problèmes.
Avec un premier tome subtilement anglais, Maïté Bernard mettait la barre assez haute pour le deuxième tome. Qu’à cela ne tienne, elle multiplie les péripéties de son héroïne et réussit à nous tenir en haleine. Non seulement, son héroïne réussit à consoler plusieurs fantômes (du meurtre, de l’amour, etc.) de façon non conventionnelle, mais elle redéfinit le rôle d’un consolateur. Elle fait la connaissance de jeunes gens de son âge et se pose des questions sur les relations entre vivants. Et les fantômes ? Ils n’en font qu’à leur tête. Ils sont morts cette année ou il y a plusieurs siècles, ne se laissent pas faire voire menacent la jeune fille. Pire, on découvre que certains ont développé certaines capacités qui pourraient provoquer… La mort.
Si le tempo était « moderato » dans Ava préfère les fantômes, il devient « allegro » dans celui-ci. L’auteure connaît ses personnages, s’amuse avec eux et avec nous.

Un deuxième tome maîtrisé de bout en bout. Maïté n’oublie pas ce qui avait fait le succès du premier livre, ouvre l’univers et nous l’offre de façon généreuse. Franchement ce serait dommage de refuser, n’est-il pas ? En résumé : Des fantômes qui ne font pas « que » peur, une jeune fille de quinze ans qui découvre les responsabilités et l’amour, un viking rustre, mais philosophe. Vous emballez le tout dans un genre policier-fantastique avec cette pointe de british qui nous émerveille et nous agace. Si ces quelques lignes ne vous ont pas convaincu de lire Ava, vous pourrez vous en servir comme guide de Jersey.

AVA PREFERE SE BATTRE
AUTEUR : MAÏTE BERNARD
EDITIONS : SYROS

Lire les autres chroniques de la série :
T1 Ava préfères les fantômes
T3 La mort préfère Ava
T4 Ava préfère l’amour

Publicités

4 commentaires sur “AVA T2 : AVA PRÉFÈRE SE BATTRE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s